A la une Politique

Assemblée nationale : Ousmane Sonko met Wallu face à ses responsabilités

Alors que les interrogations persistent sur l’avenir du compagnonnage entre Yewwi et Wallu à l’Assemblée nationale, Ousmane Sonko, l’une des figures de proue de cette inter-coalition, livre les secrets de la charte qui les lie. Sans ambages, le leader de Pastef et maire de Ziguinchor a réaffirmé son ancrage dans la coalition Yewwi Askane Wi, lors d’une conférence de presse tenue au siège de Pastef, ce jeudi 18 août 2022.

En politique, le temps n’attend pas. Et cela Ousmane Sonko l’a compris. En se prononçant, pour la première fois après les Législatives sur la charte de l’inter-coalition Yewwi-Wallu, le leader de Pastef prend les devants et se projette déjà sur l’élection présidentielle. D’ailleurs, il a annoncé par la même occasion sa candidature pour 2024.

Dans une posture de leader, sûr de son poids politique, Sonko veut lever tout équivoque et mettre tous les membres de l’inter-coalition devant leur responsabilité. Il a choisi de rendre public la fameuse charte qui stipulait, en substance, selon lui, que si toutefois les deux coalitions parvenaient à aller à l’Assemblée nationale avec le nombre de députés requis, elles constitueraient un seul et unique groupe parlementaire.

Et au cas où l’inter-coalition aurait la majorité, ajoute Sonko, elle mettrait en branle une batterie de réformes sur la base d’un programme minimal commun de législature. « Les deux coalitions se sont également engagées à ne faire aucune compromission législative avec le pouvoir avant et surtout après les élections », révèle le leader Pastef qui rappelle que c’est un accord signé entre les parties prenantes de l’inter-coalition Yewwi-Wallu.

Mieux, le leader de Pastef a dit à qui veut l’entendre que : « Rien de ce qui conduirait à une scission de l’inter-coalition ne proviendrait de Pastef ». Cela, comme pour dire aux Sénégalais « Voilà le tableau qui se présente. Jugez-en vous-mêmes ! ».