A la une Politique

Installation des nouveaux parlementaires à l’Assemblée nationale ce lundi

Ce lundi 12 septembre, les députés élus prennent officiellement fonction au cours d’une cérémonie d’installation de la 14ème Législature, pour une période de 5 ans.

Le grand enjeu de cette rentrée parlementaire est l’élection du président de l’Assemblée nationale. Le parti au pouvoir tout comme l’opposition espèrent se placer en tête de l’hémicycle pour représenter les intérêts de leur coalition.

La séance doit se dérouler sous la supervision du doyen sachant lire et écrire la langue officielle, (Me Abdoulaye Wade était pressenti, même si son retrait et son remplacement par une autre députée avaient aussi été évoqués), qui présidera la séance inaugurale assisté par les deux plus jeunes.

Le Président de l’Assemblée nationale sera élu au scrutin uninominal, à la majorité absolue des suffrages exprimés. Et si cette majorité n’est pas atteinte au premier tour du scrutin, il est procédé à un second tour, pour lequel l’élection est acquise à la majorité relative.

Les postes de vice-présidents et de présidents des commissions ou des groupes parlementaires sont également en jeu. D’autant plus que ce sont des fonctions clé qui permettent notamment d’avoir la main sur l’ordre du jour des débats.

Le Sénégal va franchir une nouvelle étape lundi avec l’entrée en fonction de la plus grande proportion de femmes parlementaires jamais atteinte en Afrique de l’Ouest. En effet, plus de 44 % des sièges seront occupés par des femmes, soit la plus forte proportion de tous les pays de la région.

Et si du côté du parti au pouvoir, l’ancienne première ministre, Aminata Touré est pressentie au poste de président de l’assemblée, du côté de l’opposition, 3 différentes candidatures ont été annoncées pour ce même poste.

BBY cumule 83 sièges, une majorité fragile sur les 165 que compte l’hémicycle et est talonnée par l’intercoalition de l’opposition Yewwi Askan Wi (YAW)-Wallu Sénégal forte de 80 parlementaires.