A la une Culture

Sortie du film “The Woman King” : le débat sur l’esclavage refait surface

Le nouveau film coproduit par l’actrice noire américaine oscarisée Viola Davis “The Woman King” inspiré des “Agojie”, les guerrières du royaume du Dahomey (actuel Bénin), subit une vague de critique de la part des spectateurs.  L’histoire ravive le passé esclavagiste du Dahomey et sa participation à la traite négrière. Le hashtag #BoycottWomanKing (boycottons Woman King) est même apparu sur Twitter.

Le film qui sort en avant première ce vendredi 23 septembre dans plusieurs salles du monde notamment à Dakar, où le film est également très attendu, retrace l’histoire d’une unité de féroces guerrières connues sous le nom des “Agojie”. Elles étaient une équipe d’élite du royaume du Dahomey au 18 et 19ème siècle en charge de la protection du royaume contre l’impérialisme.

Les internautes reprochent au film de passer sous silence l’implication du royaume du Dahomey dans l’esclavagisme. Selon les historiens, le royaume s’est enrichi en vendant des esclaves durant des décennies. Ce film vient donc adoucir l’image d’un royaume qui n’a pas toujours lutté contre l’esclavagisme et l’impérialisme et biaise l’histoire selon le public.

Pour l’actrice et productrice Viola Davis, “ tout cela (les critiques) va disparaître une fois qu’ils verront le film. Ils vont voir le film et ils verront” de quoi il s’agit en vrai. Selon elle, l’histoire transmise dépasse la polémique, elle implique le problème de la représentation dans la scène cinématographique d’œuvre produite et jouée par des noires, d’autant plus par des femmes. Ce film se doit de réussir pour montrer que ce n’est pas un risque de parier sur un casting noir au box office », soutient-elle.

Si d’autres personnes apprécient le film, à en juger son succès depuis sa sortie en salle aux Etats-Unis (19 millions de dollars), c’est le même sentiment du côté béninois. Des spectateurs qui ont pu visionner le film avant sa sortie officielle en salle se réjouissent d’une telle reconnaissance de l’histoire de leur pays. “C’est une fierté pour tous les Béninois d’avoir un film qui a été tourné spécialement à l’effigie des amazones. Et pas n’importe quel film, c’est un film hollywoodien”, a déclaré un béninois dans un reportage de Africa news.

Le Bénin a récemment inauguré une statue à l’effigie d’une « Agojie ». Celles qui sont surnommées « les amazones » d’Afrique font la fierté de l’histoire des guerriers noirs et ont inspiré les femmes soldats dans Black Panther.