A la une Politique

« Soit ce sera une assemblée de dialogue ou une assemblée de blocage » (Ousmane Sonko)

C’est la première fois, depuis l’installation des nouveaux députés à l’Assemblée Nationale, que les membres de la conférence des leaders de la coalition Yewwi Askan Wi, font face à la presse. Dans une salle remplie de journalistes, logée au dernier niveau du siège du PRP, parti dirigé Déthié Fall, plusieurs questions liées à l’actualité politique du Sénégal ont été abordées.

D’abord l’installation de la 14e législature, marquée par des incidents qui ont retardé l’élection du nouveau président, était à l’ordre du jour. Des députés de l’opposition ont fustigé la présence de ministres élus députés à l’hémicycle, mais aussi le manque de transparence dans le mode de scrutin pour élire le président de l’Assemblée nationale. Ousmane Sonko, leader du Pastef se dit être  « à 200% en phase » avec ce qui s’est passé avec les députés dans la journée du 12 septembre.

« Je suis totalement satisfait avec nos députés. Le fait qu’ils se soient battus ce jour-là a permis de ramener Benno Bokk Yaakaar à la raison » a ajouté le maire de Ziguinchor. Pour lui, deux possibilités s’offrent à cette nouvelle législature, « soit ce sera une assemblée de dialogue ou une assemblée de blocage ».

Concernant la nomination d’Amadou Ba en tant que chef du gouvernement, Ousmane Sonko juge qu’elle « n’est pas un choix de cœur mais un choix de raisons ». Le leader du Pastef d’ajouter que « Ce n’est pas un escadron de bras cassés qui va combattre l’opposition (…) je félicite Barthélémy Dias pour ses propos sur une certaine presse aux ordres », a conclu le président du Pastef.