Dernière minute

Guinée : l’opposant Étienne Soropogui a été mis aux arrêts pour ses opinions

En Guinée, le président du parti « Nos valeurs communes », Étienne Soropogui a été arrêté le week-end dernier à Conakry, après son intervention sur une radio de la place.

Étienne Soropogui a été arrêté samedi 24 septembre dernier dans la banlieue de Conakry, suite à ses propos dans une émission sur la radio Fim FM : « le peuple de Guinée-Conakry n’accepte plus ces dérives autoritaires perpétrées par la junte militaire », y a-t-il déclaré, critiquant les interpellations de journalistes et de personnalités politiques et de la société civile. « Si on compte sur la force pour s’accaparer (le) pouvoir et vouloir y rester en éliminant un certain nombre de candidats potentiels (à une future présidentielle), c’est la porte ouverte au chaos », a-t-il dit. Une période transitoire de gouvernement par les militaires comme celle en cours a « vocation à retourner à l’ordre constitutionnel », a-t-il souligné.

Selon le ministre de l’Administration du Territoire, Mory Condé, Étienne Soropogui aurait refusé de répondre à la convocation de la gendarmerie, ce qui a conduit à son arrestation. La gendarmerie a déposé une convocation, elle a recherché Etienne Soropogui pendant plusieurs jours a lancé Mory Condé, pour expliquer cette arrestation qui fait polémique à Conakry.

Une arrestation dénoncée par le FNDC : « cette nouvelle forme d’arrestation et de persécution extrajudiciaire des activistes pro-démocratie confirme la volonté (de la junte) d’user de tous les moyens illégaux pour se maintenir au pouvoir », dit le FNDC, dont deux leaders, Oumar Sylla alias Foniké Mangué et Ibrahima Diallo, ont été arrêtés fin juillet.

Par ailleurs, l’ANAD, l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie a exprimé son indignation suite à cette arrestation d’Étienne Soropogui ainsi qu’à tous les détenus politiques et exige leur libération immédiate et sans condition.

error: Content is protected !!