A la une International

Visite de Dmytro Kuleba en Afrique : L’Ukraine en mission séduction dans le continent ?

Alors que le conflit russo-ukrainien se poursuit, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba a entamé depuis le 3 octobre une tournée en Afrique qui a débuté au Sénégal. Le pays de Zelensky qui subit « l’invasion » russe depuis le 24 février serait-il en train de faire les yeux doux à l’Afrique ? En temps de conflit, aucune stratégie n’est de trop pour s’attirer des faveurs. Le continent noir pourrait être un allié de taille dans ce conflit et cela les deux belligérants le savent pertinemment.
Pour M. Kuleba, l’Afrique est aujourd’hui une « priorité » de la politique étrangère de Kiev. « Je suis là aujourd’hui car nous respectons l’Afrique, et parce que nous voulons que vous sachiez la vérité, et pour mieux nous comprendre, autant que nous voulons mieux VOUS comprendre, vos inquiétudes et vos perceptions. (…) L’Afrique qui a beaucoup souffert est bien placée pour nous comprendre et je sais que le Sénégal va beaucoup y participer », a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères.
La percée de la Russie en Afrique, ces dernières décennies, notamment dans le domaine de la coopération économique et militaire ne fait l’objet d’aucun doute. Elle pourrait donc influer sur la posture des pays africains face à l’invite récurrente de l’occident à s’aligner du côté de l’Ukraine. « Nous savons à quel point la propagande russe est forte », a reconnu Dmytro Kuleba.
Pour le cofondateur du Centre ukrainien pour l’étude de l’Afrique et maître de conférences à l’Institut des relations internationales de l’Université Taras Shevchenko de Kiev, Oleksandr Mishin, la neutralité de nombreux pays a affaibli la capacité à punir rapidement la Russie. Selon lui, le Kremlin « tente aujourd’hui de remplacer les marchés européens perdus par les marchés de ces « États neutres » et veut se présenter comme l’un des fondateurs d’un nouveau monde multipolaire équitable ».
Le président français, Emmanuel Macron, dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, a tenté, une fois de plus, de convaincre les pays « neutres » de choisir leur camp au sujet de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Pour le président français, recevoir le plus d’adhésion légitimerait davantage les sanctions imposées au pays « envahisseur », la Russie.
Pour rappel, sur les 54 pays africains 26 se sont abstenus ou n’ont pas voté une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies condamnant l’invasion russe et exigeant le retrait des troupes russes du territoire ukrainien.
Ce qui semble être une guerre lointaine pour l’Afrique a des conséquences fâcheuses sur les économies. En juin dernier, le président sénégalais et président en exercice de l’Union africaine (UA), Macky Sall, avait rencontré Vladimir Poutine à Sotchi. Il avait signifié à son homologue russe que les pays africains étaient des victimes collatérales du conflit en Ukraine.

error: Content is protected !!