A la une Politique

Forum de Dakar : les dérives du numériques menacent la paix et la sécurité de nos pays (Macky Sall)

La 8ème édition du forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique s’est ouverte ce 24 octobre 2022. Placé sous la coupe du Président de la République du Sénégal et président en exercice de l’Union Africaine, ce forum se veut être celui des solutions endogènes aux crises sécuritaires sur le Continent. Le thème de cette édition : « L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souveraineté ». Dans son discours introductif, le président sénégalais n’a pas manqué de souligner non seulement l’instabilité politique qui menace en Afrique et qui s’ajoute aux crises pendantes du terrorisme mais il est longuement revenu sur les menaces du numérique. « Les dérives du numérique, qui constituent aujourd’hui une des menaces les plus sérieuses à la paix, à la sécurité et à la stabilité de nos pays ; menacent d’autant plus difficiles à combattre qu’elles sont diffuses et protéiformes ».

Il a dénoncé l’emprise du digital sur le monde réel. « Le monde réel est à la merci d’un monde virtuel qui répand à haut débit la tromperie, le populisme, le radicalisme, la haine et la violence ; autant de pratiques malsaines qui ne peuvent relever de la liberté d’opinion ou d’expression. », a déclaré Macky Sall. Il a relevé que « droit et liberté vont de pair avec responsabilité. Nul droit, nulle liberté ne donne licence d’attenter à la liberté, au droit et à la dignité d’autrui ; ou de saper la cohésion sociale et la stabilité institutionnelle d’un pays », a ajouté Macky Sall tout en soulignant « la frénésie quotidienne des réseaux sociaux devenus une fabrique massive de fake news et de manipulations ».

Dans la perspective de construire une Afrique des solutions, Macky Sall a précisé « l’urgence à renforcer les moyens de lutte contre la cybercriminalité. C’est la vocation de l’Ecole de cyber sécurité à vocation régionale de Dakar qui est un produit du Forum de Dakar », a-t-il déclaré.

À ses côtés, le Président angolais João Lourenço a souligné que nous traversons des « temps difficiles pour le continent, caractérisés par des conflits armés ». Il réclame une « tolérance zéro face aux institutions sorties des putschs ». Mais il a également fait allusion à la Sécurité alimentaire et la sécheresse qui occasionne des manques d’eau, donc il a relevé que « les phénomènes environnementaux enfoncent les pays » et aggravent les tensions. Il a également déclaré que « la pauvreté extrême est à la base de nombreux maux et conflits.

José Maria Neves, président de la République du Cap Vert, a quant à lui souligné que « l’ordre mondial change » et que le « covid a mis en exergue la fragilité de l’Afrique ». Il a rappelé la « nécessité de prévenir les crises sur le continent. Ce n’est pas une fatalité mais l’expression de nos insuffisances », a-t-il relevé.

Le forum de Dakar sur la paix et la sécurité est une trouvaille née à Paris pour trouver des solutions endogènes. La France est un partenaire stratégique qui accompagne l’événement depuis 2013. 

error: Content is protected !!