A la une Culture

La représentativité des femmes au cinéma : un grand pas contre les stéréotypes

La participation pleine et équitable des femmes dans tous les éléments constitutifs de la société est un droit fondamental. Depuis plusieurs décennies, les narratifs ont beaucoup changé dans les productions cinématographiques à l’échelle mondiale.

Au Sénégal, le père du cinéma a donné le ton dès les années 1960 avec des personnages féminins avant-gardistes. Du personnage de Diouana dans ‘La Noire de…’, à celui de Kiné dans ‘Faat Kiné’, Ousmane Sembène a toujours fait des femmes des personnages forts, courageux et instigateurs de changements sociaux.

Les séries sénégalaises suivent de plus en plus le pas et la dernière série en date ‘Yaay 2.0’ en est la parfaite illustration. Elle dépeint la vie de cinq femmes aux profils variés. Des jeunes femmes à la success story et au parcours admirable auxquelles d’autres s’identifient. Le processus de représentation prend là tout son sens et contribue à forger une nouvelle identité féminine avec des modèles à suivre, pas toujours en acte mais en tant que leaders, décideurs et maîtres de leur propre changement.

Par exemple, l’histoire des Agojie raconté dans ‘The Woman King’, retrace l’histoire d’une unité de féroces guerrières, des femmes noires fortes qui se sont battus dans le Dahomey. Une puissante représentation qui remet la femme au centre de sociétés patriarcales. 

En outre, aux Etats-Unis, le remake du dessin animé ‘La petite sirène’ a bousculé les stéréotypes des héroïnes blanches aux long cheveux lisses et propose une actrice noire, une première. “Je suis actuellement en train de pleurer pour la petite sirène car c’est mon dessin animé préféré et le fait qu’elle soit noire dans le film me redonne confiance en moi et j’aurais certainement vécu une meilleure enfance si le personnage du dessin animé était noir”, a écrit une fille sur twitter à l’annonce du nouveau film de Disney.

Une étude française a statué que “seul un tiers des rôles au cinéma (34%), ont été tenus par des femmes” entre 1985 et 2019. Au Sénégal, il n’y a pas d’études à proprement parler mais l’observation permet de dire qu’il y a encore du chemin à parcourir pour les femmes.

La représentativité, partout dans le monde et dans tous les domaines, sert d’inspiration à des générations entières. Pour celles du 21è siècle, c’est une étape importante pour changer le narratif sur les femmes ou encore la cause des noires. Et aujourd’hui, il est en train de changer même si à l’échelle mondiale, les femmes restent encore largement sous représentées et parfois mal représentées dans les médias.

error: Content is protected !!