A la une Société

Manifestations de soutien pour la libération du journaliste Pape Alé Niang

Après l’arrestation de Pape Alé Niang, plusieurs acteurs de la vie publique sénégalaise lui ont manifesté leur soutien et exigé sa libération. Le journaliste est poursuivi pour appel à la subversion, recel et divulgation de documents administratifs estampillés secret-défense et propagation de fausses nouvelles dans le cadre de l’affaire Ousmane Sonko.

Selon Ousmane Sonko, Pape Alé Niang a soutenu avoir vu le document de la police en question sur Internet, comme tout le monde, et n’avoir jamais publié le document des sapeurs-pompiers. « Pape Alé Niang ne sera pas une autre victime… Je lui apporte mon soutien total, car injustement et illégalement interpellé par la police sur instruction du parquet…. Libérez-le… », a écrit le leader de Pastef sur sa page Facebook.  

« C’est avec indignation que j’ai appris l’arrestation de Pape Alé Niang, journaliste de talent, combattant infatigable de la liberté d’expression et emblème vertueux du refus. Pape Alé est un pilier sûr de la démocratie par sa constance et son ardeur dans les combats justes contre la tyrannie », a pour sa part réagi l’ancien maire de Dakar. Khalifa Sall a dénoncé avec « vigueur » cette arrestation et a exigé des autorités « la libération immédiate de Pape Alé Niang ».

« Pape Alé Niang doit être libéré immédiatement »

L’ancienne Premier ministre, Mme Aminata Touré a abondé dans le même sens sur Twitter. Selon elle, « notre démocratie a dépassé le stade d’arrestation de journaliste dans l’exercice de sa fonction. Pape Alé Niang doit être libéré immédiatement ».

Même son de cloche chez Déthié Fall, qui a lui aussi condamné « sans réserve » l’arrestation cet du journaliste. « Nous lui témoignons notre soutien sans faille et inconditionnel. Nous ne pouvons accepter que La démocratie sénégalaise qui est le fruit d’une longue lutte menée depuis plusieurs décennies soit quotidiennement agressée par le régime actuel. La place d’un journaliste n’est pas la prison », a-t-il soutenu depuis Lilles où il en tournée ces derniers jours.

De leur côté, les acteurs de la presse ont tenu ce lundi après-midi une conférence de presse pour soutenir leur confrère. La Coordination des Associations de Presse (CAP) a condamné « vigoureusement » l’arrestation du journaliste Pape Alé Niang et a « exigé sa libération immédiate et sans conditions ».

La CAP a rappelé que la liberté de presse, d’investiguer et d’informer « n’est pas négociable ».  Elle s’est aussi insurgée contre la « tendance répressive et à la diabolisation de la presse, autant par le pouvoir que par l’opposition ». Elle a également appelé tous les défenseurs des Libertés à se mobiliser et à faire face aux « tentatives d’intimidation et de musellement » de la presse.

Dans les rangs de la société civile, le fondateur de Afrikajom Center, Alioune Tine, a précisé qu’un journaliste d’investigation qui ne dérange pas les pouvoirs publics, n’en est pas un. La fonction même de journaliste d’investigation est de déranger. « Ils vont avoir toutes les organisations de protection de la liberté de la presse et d’expression sur le dos », a-t-il ajouté.

Seydi Gassama d’Amnesty Internationale section Sénégal a fait savoir sur son compte Twitter que « l’arrestation du journaliste Pape Alé Niang constitue une grave menace contre la liberté de la presse ». Selon lui, le rôle d’un journaliste d’investigation c’est d’enquêter et d’exposer au public des actes présumés de mal gouvernance politique, économique et financière.

error: Content is protected !!