A la une Economie

Réduction du coût de la vie : les premiers résultats d’un « gouvernement de combat » ?

Le gouvernement version Amadou Ba s’est illustré ce week-end, à l’issue du Conseil national sur la consommation présidé par le chef de l’Etat Macky Sall. Cette rencontre s’est soldée par d’importantes mesures prises pour soulager les ménages sénégalais submergés par les impacts de l’inflation.

Le kg du riz brisée indien passe de 350 FCFA à 325 FCFA, le litre de l’huile de palme de 1200 francs à 1100 francs tandis que le prix du sucre passe 600 FCFA à 575 FCFA. Les produits horticoles ont connu aussi une baisse. Le kg de l’oignon local sera désormais vendu sur le marché à 400 FCFA au lieu de 500 FCFA. Les prix de l’oignon importé passent de 700 à 500 FCFA. Le kg de la pomme de terre locale va passer 600 FCFA à 400 FCFA, celui de la pomme de terre importée passe de 700 FCFA à 500 FCFA tandis que la carotte importée sera désormais vendue à 400 FCFA le kg. Concernant le loyer, une baisse de 20% sera opérée sur le loyer inférieur ou égal 300 000 FCFA, 10 % sur le loyer compris entre 300 0000 FCFA et 500 000 FCFA, et 5 % pour les loyers supérieurs à 500 000 FCFA.

En annonçant en septembre la formation d’un nouveau gouvernement à 18 mois de la fin de son mandant, le président Sall listait ses priorités du moment. « Les mesures d’allègement du coût de la vie et de soutien à l’emploi et l’entreprenariat des jeunes, la lutte contre les inondations, la cherté du loyer resteront pour moi la priorité des priorités, parce que mon souci, c’est de tout faire pour rendre le quotidien plus supportable pour tous », avait déclaré le chef de l’Etat dans son discours à la nation, la veille de la nomination du Premier ministre Amadou Ba.

Ces mesures fortes visant à réduire le coût de la vie des Sénégalais tant réclamé sont à coup sûr, pour d’aucuns, le premier coup de maître du nouveau gouvernement. Celui-ci comme pour s’éloigner des débats politico-médiatiques du moment essaie tant bien que mal de marquer son empreinte par des actes.

Dès leurs passations de services les membres de la nouvelle équipe gouvernementale annonçaient s’inscrire dans l’esprit du Fast-track. Ces derniers avaient affirmé leurs volontés de « s’aligner à la vision » du président de la République de relever les nombreux défis auxquels le pays fait face.