International

Burkina Faso : Le gouvernement ouvre une enquête pour éclaircir le drame de Djibo

Le 14 e régiment interarmes de la région est mis en cause dans des tirs d’obus auraient couté la vie à des dizaines de civils dans la région de Djibo, notamment dans les villages de Holdé, Yaté, Ména et Dabere-Pogowel. Selon les informations du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’homme les faits se seraient produits le 9 novembre.

Le gouvernement burkinabé veut donc faire la lumière sur cette accusation grave. Ouagadougou met cependant en garde contre les entreprises de sabotages orchestrées par les terroristes qui cherchent à jeter l’opprobre sur les forces de sécurités.

Alors que l’armée est accusée d’avoir commis des crimes contre les civils, le gouvernement burkinabé dit mettre un accent sur le respect des droits de l’homme dans sa lutte contre le terrorisme.

Fin octobre, l’attaque contre une base militaire avait couté la vie à 10 soldats dans la même région. Djibo est sous blocus terroriste depuis des mois, pénalisant des habitants.

error: Content is protected !!