A la une Société

Le président Macky Sall initie le dialogue avec les acteurs des daara

C’est dans une ambiance de conférence religieuse que s’est déroulée la rencontre nationale de la communauté des Daara, ce 28 novembre à laquelle environ 1500 personnes ont pris part. Maitres coraniques et « talibés » s’étaient  donnés rendez-vous au centre international de conférence Abdou Diouf dans un cadre d’échange présidé par le chef de l’état Macky Sall.

Que faire pour intégrer pleinement les Daara dans le système éducatif sénégalais ? C’est l’une des principales questions soulevées lors de la rencontre entre le président de la République accompagnés des membres de son gouvernement et les acteurs de l’éducation coranique au Sénégal.

Pendant près d’une heure les représentants des 14 régions se sont relayés sur l’estrade de la salle du CICAD pour exprimer leurs doléances. Celles qui revenaient en boucle : la mise en place d’un cadre juridique pour les daara, la prise en charge des élèves et maitres coraniques dans les programmes sociaux, l’allègement des charges des daara (eau, électricité, location…), mais aussi gracier tous les « sêriñ daara » détenus pour divers crimes et délits.

«Je vous ai écoutés et j’ai noté beaucoup de vos doléances.»

Président Macky Sall

Suite aux échanges, plusieurs engagements ont été pris par le président de la République. « Je vous ai écoutés et j’ai noté beaucoup de vos doléances. Mais honnêtement, ces doléances ne me font pas peur, parce que ça ne relève que d’une bonne organisation, rassure le président de la République. Aujourd’hui, on a plus de 140.000 écoles primaires, plus de 300 lycées et plus de 10 universités, si on prend le budget de l’éducation nationale, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, ça fait plus de 1.000 milliards l’année, soit 1/4 investi dans l’éducation. Donc vraiment, les daara peuvent largement y être inclus. Maintenant ça dépend juste de votre organisation, pour que l’État joue sa participation dans la gestion des daara.», a-t-il fait savoir.

A cet effet, pour mieux cerner les difficultés auxquelles les daara sont confrontées, le président Sall promet de transformer l’inspection des Daara en direction nationale, une manière de renforcer les pouvoirs de la structure.

Le chef de l’État a aussi annoncé quelques initiatives pour la modernisation et le développement des Daara avec : la finalisation du cadre juridique et réglementaire des daara ; le développement des offres de formation qualifiante pour les sortants des daara ; la prise en compte des daara dans les filets de protection sociale tels que la CMU et les Bourses de sécurité familiale.

Pour pérenniser ce cadre de dialogue et mieux évaluer les politiques déroulées allant dans le sens de l’optimisation des conditions d’existence des daara, cette date du 28 novembre sera désormais la journée nationale des daara.

error: Content is protected !!