A la une Culture

Dakar abrite pour la 1iere fois en Afrique le défilé CHANEL, collection « Métiers d’art »

Chanel à Dakar, une première réussie. La capitale sénégalaise a réuni le gratin de la mode ce mardi 6 décembre 2022 à l’ancien Palais de Justice de Dakar, dont la fonction initiale est désormais détournée au profit de la culture.

Conçue entre Paris et la porte d’Aubervilliers, la collection « Métiers d’art 2022/23 CHANEL-Dakar » imaginée par la directrice artistique de la maison de haute couture Chanel, Virginie Viard, a été présentée au grand public venu de partout dans le monde.

Dans l’enceinte de l’ancien Palais de Justice de Dakar transformé en « Rue Cambon » pour l’occasion, l’ambiance était au rendez-vous. Des dizaines de mannequins ont défilé sous le regard admiratif du public dans lequel on distingue des hôtes de marque avec notamment la présence de la première dame du Sénégal, Mme Marième Faye Sall, Mme le ministre des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, le ministre sénégalais de la Culture et du Patrimoine historique, Aliou Sow, les stylistes Diouma Dieng Diakhaté et Collé Ardo Sow ou encore la star du Funk Pharrell Williams.

Ce défilé de Chanel, plus qu’un événement, est une véritable plateforme d’échanges artistiques que la maison de couture « souhaite créer en nouant un dialogue créatif avec la scène culturelle sénégalaise ».

« Un bouillonnement culturel impressionnant »

« C’est la première fois en Afrique et le Sénégal a été choisi pour abriter ce défilé de Chanel. C’est le monde entier qui suit le Sénégal. C’est un bouillonnement culturel impressionnant. Les acteurs majeurs d’Afrique, d’Europe, et d’Asie sont là. Tous aiment le Sénégal et nous font l’éloge de la Téranga, je pense que c’est une chance », s’est réjoui le ministre sénégalais de la Culture. Aliou Sow a également évoqué l’aspect économique d’un tel événement et la visibilité qu’il offre au Sénégal.

Quant au ministre des Affaires étrangères, elle s’est félicité du fait que la maison Chanel ait choisi le Dakar pour lancer cette « grande opération de charme et d’offensive heureuse » sur l’Afrique. « Le président Macky Sall a eu la bonne idée de recevoir le groupe Chanel à Paris dans le cadre d’une visite de travail. C’est de là où cette idée est née », précise Aïssata Tall Sall. Selon elle, Chanel va, plus tard, pouvoir s’installer à Dakar et accompagner la formation des jeunes stylistes et créateurs sénégalais.

Pour le secteur de l’industrie créative, ce premier défilé de Chanel est « très prometteur », estime Gilles Acogny, fondateur d’Acosphère (Société de Conseil aux entreprises). « Le secteur de l’industrie créative est un peu l’enfant pauvre des industries. C’est un secteur très innovateur mais malheureusement du point de vue du business, il est souvent laissé en berne. La plus grande maison de Design et de mode qui vient à Dakar un message fort », affirme-t-il.

Les créateurs sénégalais ont salué la « parfaite » organisation notée malgré l’envergure de l’événement. « Cette première de Chanel en Afrique, au Sénégal est une bonne chose. Cela nous inspire pour qu’on se dise que c’est possible. En termes d’organisation, et tout ce qui est management tout est bien planifié », a réagi le jeune designer sénégalais Elhadji Malick Badji, fondateur de la marque « Nio Far by Milcos ».

À l’écoute des artistes, des artisans, des créateurs et des acteurs locaux d’un pays, CHANEL dit se soucier de tisser des relations « aussi profondes que respectueuses, d’établir des ponts, afin que puissent y circuler les savoir-faire. Une volonté de partage et de transmission qu’un programme international, créé par le 19M avec le soutien de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), permettra de voir se concrétiser sur place, trois mois durant, à partir de janvier 2023.

error: Content is protected !!