International

Burkina Faso : Le gouvernement désapprouve les propos du président ghanéen sur Wagner

Le Burkina Faso a convoqué vendredi l’ambassadeur du Ghana pour exprimer sa « désapprobation » après les propos du président ghanéen Nana Akufo-Addo qui a affirmé que Ouagadougou avait « conclu un arrangement » avec Wagner, le groupe paramilitaire russe.

Un communiqué du ministère des Affaires étrangères indique : « Le ministre délégué chargé de la Coopération régionale, Karamoko Jean Marie Traoré a traduit la désapprobation du gouvernement burkinabè envers ces déclarations du chef de l’État du Ghana ».

Mercredi, lors d’une entrevue aux Etats-Unis avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, le président ghanéen Akufo-Addo, avait assuré que le Burkina Faso avait « conclu un arrangement pour, comme le Mali, employer des forces de Wagner ». « Je crois qu’une mine dans le sud du Burkina leur a été allouée comme une forme de paiement pour leurs services », avait-il ajouté, précisant que selon lui « les mercenaires russes sont à la frontière nord » du Ghana.

En réponse, le ministre Traoré a estimé que le « Ghana aurait pu entreprendre des échanges avec les autorités burkinabè sur la question sécuritaire afin d’avoir les bonnes informations ».

Ces déclarations sont « graves et inexactes », a ajouté une source gouvernementale interrogée par l’AFP, qui a précisé que l’ambassadeur burkinabè en poste à Accra a également été rappelé pour consultations. L’information a été confirmée par une source gouvernementale ghanéenne.

Lors de son entretien avec le ministre, l’ambassadeur du Ghana, Boniface Gambila Adagbila, a assuré que les propos de son président « ne visaient pas à condamner le Burkina Faso, ni à semer le doute dans les esprits », selon le compte-rendu de la rencontre, publié par le ministère des Affaires Étrangères burkinabè.

« L’intention était surtout d’attirer l’attention des partenaires afin de susciter un grand intérêt à l’endroit du Burkina Faso », a ajouté l’ambassadeur, cité dans le communiqué.