A la une Economie

Clap de fin pour le Sommet Etats-Unis-Afrique : Retour sur les initiatives annoncées par L’administration Biden-Harris

Le Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique, du 13 au 15 décembre a vécu. Washington DC, a souligné l’engagement des États-Unis à élargir et à approfondir son partenariat avec les pays, les institutions et les peuples africains. Au cours de cette 2e édition, d’importantes mesures et initiatives ont été prises par l’administration Biden-Harris envers le continent africain.

Au cours des trois prochaines années, les Etats-Unis ont prévu d’investir au moins 55 milliards de dollars en Afrique en étroite collaboration avec le Congrès. « Nous nous engageons à donner suite à ces engagements et sommes en train de nommer un nouveau représentant présidentiel spécial pour la mise en œuvre du Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique afin de coordonner ces efforts », lit-on dans un communiqué de la Maison Blanche.

Le président Biden a annoncé son intention de nommer à ce poste l’ambassadeur Johnnie Carson, ancien secrétaire d’État adjoint aux affaires africaines et ambassadeur au Kenya, en Ouganda et au Zimbabwe.

100 millions de dollars annoncés pour le programme YALI

Les nouveaux investissements et initiatives politiques mis en évidence lors du Sommet Etats-Unis-Afrique comprennent entre autres la création d’un nouveau conseil de la diaspora, l’expansion de l’Initiative des jeunes leaders africains (YALI). Le vice-président Harris a annoncé que l’administration prévoyait de travailler avec le Congrès pour fournir plus de 100 millions de dollars à YALI sur plusieurs années afin « d’aider les jeunes femmes et hommes africains innovants et diversifiés à exceller dans une économie du 21e siècle et catalyser le changement transformationnel dans leurs communautés ».

Soutien à l’adhésion de l’Afrique au G20

En termes de gouvernance mondiale et engagement diplomatique, les États-Unis soutiendront et travailleront pour réaliser une représentation africaine plus importante et attendue depuis longtemps dans les institutions internationales, notamment en soutenant l’Union africaine pour qu’elle rejoigne le G20 en tant que membre permanent, selon la Maison Blanche.

Pour le président américain, l’Afrique doit avoir une voix plus importante dans les conversations mondiales. Déjà en septembre, Biden avait annoncé son soutien pour que les pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes puissent avoir des sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Joe Biden et Kamala Harris vont se rendre en Afrique en 2023

Le président américain Joe Biden a annoncé que lui, le vice-président Harris, la première dame, le deuxième gentleman et plusieurs membres du cabinet avaient l’intention de se rendre en Afrique en 2023. Cela, dit-il, pour démontrer ainsi l’engagement des Etats-Unis envers les pays et les citoyens africains.

Soutenir la résilience et la reprise en Afrique

Sur le plan du commerce, des investissements et de la croissance économique inclusivele président Biden a souligné que son administration s’engageait à travailler en étroite collaboration avec le Congrès pour prêter jusqu’à 21 milliards de dollars par l’intermédiaire du Fonds monétaire international aux pays à revenu faible et intermédiaire. Ce qui soutiendra, selon le président américain, « les efforts de résilience et de reprise en Afrique ».

L’administration Biden-Harris a également appelé tous les créanciers privés bilatéraux et concernés à « fournir un allégement significatif de la dette afin que les pays puissent reprendre pied après des années de tensions extrêmes ».

De même, un protocole d’accord entre le gouvernement des États-Unis et le secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) a été signé « pour élargir leur engagement à promouvoir un commerce équitable, durable et inclusif ; stimuler la compétitivité ; et attirer des investissements sur le continent ».

Par ailleurs, la US International Development Finance Corporation (DFC) a annoncé 369 millions de dollars de nouveaux investissements à travers l’Afrique dans la sécurité alimentaire, les infrastructures d’énergie renouvelable et des projets de santé, y compris une transaction de 100 millions de dollars avec Mirova SunFunder pour le Fonds Mirova Gigaton pour soutenir l’énergie propre à travers l’Afrique.

Initiative sur la transformation numérique avec l’Afrique (DTA)

En matière de technologie et innovation, le président Biden a lancé l’Initiative sur la transformation numérique avec l’Afrique (DTA). Cette nouvelle initiative vise à étendre l’accès et l’alphabétisation numériques à travers le continent. En collaboration avec le Congrès, elle vise aussi à investir plus de 350 millions de dollars et à faciliter plus de 450 millions de dollars de financement pour l’Afrique, conformément à la stratégie de transformation numérique de l’Union africaine, indique la Maison Blanche.

Construire des systèmes de santé plus résilients

En matière de santé, l’administration américaine prévoit de travailler avec le Congrès pour investir 1,33 milliard de dollars par an de 2022 à 2024 dans le personnel de santé de la région Afrique, pour un total d’au moins 4 milliards de dollars d’ici l’exercice 2025, pour aider nos partenaires africains à combler le déficit de personnel de santé, y compris les cliniciens, les travailleurs de la santé et des soins communautaires et les professionnels de la santé publique.

Sécurité alimentaire

Le gouvernement américain et l’Union africaine ont annoncé un partenariat stratégique et une déclaration commune axés sur les investissements transformationnels pour des systèmes alimentaires résilients et des marchés de chaînes d’approvisionnement diversifiés. Le président Biden a annoncé une nouvelle aide humanitaire d’urgence de 2 milliards de dollars pour l’Afrique, s’appuyant sur plus de 11 milliards de dollars lors des récentes annonces d’aide à la sécurité alimentaire.

Changement climatique

En soutien à l’adaptation et à la résilience climatiques, l’administration américaine a rappelé que lors de la COP27 en Égypte, le président Biden a annoncé que les États-Unis prévoyaient de travailler avec le Congrès pour fournir plus de 150 millions de dollars de nouveaux financements pour lutter contre l’adaptation au climat en Afrique dans le cadre du plan d’urgence du président pour l’adaptation et la résilience (PREPARE), les systèmes d’alerte, le financement de l’adaptation, l’assurance contre les risques climatiques et les systèmes alimentaires résilients au changement climatique.

Démocratie et gouvernance

Le président Biden a annoncé la nouvelle initiative dénommée Transitions démocratiques et politiques africaines (ADAPT) qui réaffirme l’engagement des États-Unis à s’engager dans des transitions politiques complexes en Afrique et à démontrer le soutien du gouvernement américain aux gouvernements et à la société civile à des moments critiques.

En collaboration avec le Congrès, sur trois ans, l’Administration investira 75 millions de dollars dans cette initiative visant à contrer le recul démocratique en partenariat avec les organismes régionaux, les gouvernements et la société civile pour soutenir des transitions politiques durables, annonce la Maison Blanche.

Paix et sécurité

Le président Biden a annoncé que son administration travaillait avec le Congrès pour fournir 100 millions de dollars à un nouveau partenariat afin d’encourager et de renforcer les efforts africains pour mettre en œuvre et soutenir les capacités et les réformes du secteur de la sécurité.

Ce programme de trois ans est conçu, selon la Maison Blanche, « pour permettre aux partenaires américains et africains, y compris la société civile, de synchroniser, partager et soutenir des solutions aux défis de sécurité ».