Contribution

Les indépendants de l’énergie ont le vent en poupe en Afrique en 2023 avec le développement durable de l’énergie (Par NJ Ayuk)

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 26 décembre 2022/ — Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

À la fin de l’année 2019, le président et le directeur général d’Africa Oil Corp. Keith Hill, président et directeur général, a déclaré à Petroleum Economist que, compte tenu des bassins pétroliers et gaziers non éprouvés de l’Afrique, le continent était probablement « la plus grande frontière », avec des opportunités exceptionnelles pour les entreprises d’exploration, de production et de développement, y compris les indépendants.

Trois ans plus tard, M. Hill reste optimiste à l’égard de l’Afrique, et Africa Oil Corp., dont le siège social est au Canada, y mène des activités d’exploration pétrolière et gazière. L’entreprise fait partie d’une tendance croissante que nous observons : des entreprises pétrolières et gazières indépendantes qui reconnaissent l’énorme promesse de notre continent sous-exploré et qui trouvent des moyens de prospérer ici – et d’avoir un impact positif.

Je suis extrêmement optimiste à l’égard d’indépendants comme Africa Oil Corp et BW Energy, qui s’appuient sur leurs bons résultats en matière d’exploration et de production, et Perenco, qui construit l’industrie du gaz naturel en Afrique. Je suis encouragé par les efforts de Trident Energy, qui trouve des moyens de stimuler la production dans les champs matures, et par Eco Atlantic, qui a convaincu les investisseurs de ne pas tourner le dos à notre continent. Des entreprises comme celles-ci sont exactement ce dont l’Afrique a besoin. Elles apportent des capitaux privés, de l’expérience et du savoir-faire sur le continent. Elles accélèrent la monétisation et la maximisation des ressources pour le bien de l’Afrique. Et, honnêtement, j’ai hâte de voir ce qu’elles feront en 2023.

Le gaz naturel au service de l’Afrique

Comme l’a si bien dit David Christianson dans un récent blog pour le Trade Law Centre (tralac), un groupe de réflexion basé en Afrique du Sud, « l’avenir gazier de l’Afrique passe par l’offshore flottant ». Les unités flottantes de gaz naturel liquéfié (FLNG) constituent un moyen idéal de tirer parti des abondantes ressources en gaz naturel de l’Afrique : Elles peuvent être déployées rapidement et à un coût plus abordable que les trains GNL terrestres, créant ainsi une voie pratique vers la monétisation du gaz. L’entreprise indépendante Perenco, dont le siège est à Londres et qui opère au Cameroun depuis près de 30 ans, tire parti de ces possibilités.

Perenco n’a pas seulement établi une usine de FLNG au Cameroun, elle y a marqué l’histoire. Le FLNG de Hilli Episeyo, dont l’exploitation commerciale a débuté en mars 2018, est la deuxième usine de FLNG à entrer en service et la première au monde à fonctionner à partir d’un méthanier converti. L’usine, amarrée au large de la côte de Kribi, est la propriété du norvégien Golar. Non seulement le projet a une portée mondiale, mais il implique également des entités locales : Perenco s’est associé à la Société Nationale des Hydrocarbures du Cameroun pour lancer le projet. L’usine Hilli Episeyo est conçue pour produire 2,4 millions de tonnes métriques par an (MMTPA) de GNL et dispose d’une capacité de stockage de 125 000 mètres cubes. Le gaz naturel de l’usine provient des champs gaziers de Perenco à Sanaga et Ebome.

Qui plus est, Perenco développe ses activités en amont sur le continent. Au début de l’année, elle a signé un accord avec la société pétrolière et gazière New Age Ltd. pour racheter sa participation et prendre en charge l’exploitation du champ gazier d’Etinde, situé en eaux peu profondes dans le bassin du Rio del Rey, au large du Cameroun. En juillet, Perenco a acquis les entités de la multinationale anglo-suisse Glencore en Afrique du Nord. L’acquisition comprend PetroChad Mangara, qui exploite les champs pétroliers de Mangara, Badila et Krim dans le bassin de Doba au Tchad. En novembre, la société a annoncé qu’elle avait découvert du pétrole dans le prospect d’exploration pré-salé Tchibeli Nord-Est de Vandji, au large du Congo, le décrivant comme un potentiel « ouvreur de jeu ».

Chacune de ces activités et de ces réussites représente un potentiel pour une plus grande sécurité énergétique, une croissance économique et, au vu des résultats obtenus par Perenco, davantage de bons emplois pour les Africains.

Perenco est un bon exemple d’un indépendant qui a développé avec succès des stratégies pour les défis, les besoins et les opportunités uniques de l’Afrique. Et elle n’est pas la seule.

Redonner vie à des champs en voie de maturation

Regardez l’indépendant britannique Trident Energy, qui introduit une nouvelle ère d’efficacité opérationnelle et d’amélioration de la production en Guinée équatoriale.

La stratégie commerciale de Trident consiste à acquérir des actifs de production à mi-vie dans le monde entier, en particulier des champs pétroliers et gaziers qui manquent d’attention et d’investissement, à les redévelopper, à augmenter la production et à débloquer des réserves. En Afrique, où nous assistons à des déclins de production dans les actifs hérités sur tout le continent, cette approche est extrêmement précieuse.

En Guinée équatoriale, Trident est l’opérateur du bloc G, qui comprend les champs producteurs Ceiba et Okume Complex – composé de six champs pétroliers dans le golfe de Guinée, en eaux peu profondes et profondes dans le bassin de Rio Muni – avec une participation de 40,375%. La société détient également une participation de 40 % dans les blocs S, W et EG-21.

En mai de cette année, le ministère des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale et les partenaires de coentreprise de Trident pour le bloc G, Kosmos Energy, Panoro Energy et GEPetrol, ont convenu de prolonger le contrat de partage de la production (CPP) pour le bloc jusqu’en 2040, donnant ainsi à Trident plus de temps pour exploiter le plein potentiel du bloc.

Trident a gagné le respect du gouvernement et des entreprises avec lesquelles il travaille. Trident attribue ces solides relations de travail à l’engagement de l’entreprise à être un membre actif et visible des communautés où elle opère.

Les chefs de projet étrangers et leurs familles s’installent dans le pays, car l’entreprise joue son rôle de contributeur majeur à l’économie et à la communauté locales. Plus important encore, le renforcement des capacités locales et l’amélioration du contenu local ont été une stratégie clé pour les dirigeants de l’entreprise.

Trident est également connu pour offrir aux résidents locaux des emplois de qualité et un traitement respectueux ; pour créer des programmes de développement des compétences, de soins de santé et d’éducation dans les communautés d’accueil ; et pour mettre en œuvre les meilleures pratiques pour protéger l’environnement.

Les améliorations apportées par Trident Energy à Okume Field, qui sont en cours cette année, prévoient la conversion de 15 puits de gaz en pompes électriques submersibles (ESP), dont l’exploitation et la maintenance sont plus abordables.  

Pour préparer la conversion, la société a travaillé sur une mise à niveau de 57 millions de dollars aux installations centrales de traitement d’Okume. L’équipe de Trident Energy en Guinée équatoriale a géré tous les aspects du projet, y compris la chaîne d’approvisionnement, la logistique et la coordination. Environ 55% des services (en valeur) ont été fournis par des entrepreneurs locaux ; 32% des services ont été fournis par des entrepreneurs régionaux ; et seulement 13% ont été fournis par des entrepreneurs internationaux.

Les projets qui stimulent la production d’actifs en déclin, comme la modernisation d’Okume, sont extrêmement importants tant pour la Guinée équatoriale que pour le continent en général. Nous espérons que d’autres entreprises suivront l’exemple de Trident.

Préparer le terrain pour le succès

La Chambre africaine de l’énergie a également été impressionnée par l’entreprise indépendante norvégienne BW Energy, qui a adopté une approche très stratégique de l’exploration et de la production de gaz en Namibie.

BW, qui a également une forte présence au Gabon, cible les réservoirs de pétrole et de gaz offshore prouvés et minimise les risques grâce à des développements progressifs. En opérant sur des sites disposant d’installations de production existantes, la société réduit le temps nécessaire à l’obtention de la première huile et maintient le flux de trésorerie sous contrôle, explique le site web de la société.

En 2017, la société a acquis une participation de 56 % dans le champ gazier de Kudu, dans le sous-bassin nord d’Orange, à environ 130 kilomètres de la côte sud-ouest de la Namibie. Plusieurs années plus tard, BW a porté sa participation dans le projet gazier à 95 %.

Le gisement de Kudu renfermerait au moins 1,3 trillion de pieds cubes (tcf) de gaz, mais le site est resté inexploité depuis que ChevronTexaco y a découvert du gaz en 1974. Le champ a connu une longue série d’exploitants, mais, comme l’explique l’agence de recherche panafricaine Hawilti, des facteurs allant de l’incapacité à se mettre d’accord sur un prix du gaz aux retards dans l’obtention de projets de soutien gouvernemental ont maintenu le projet dans les limbes. La situation isolée du site et le manque d’infrastructures pour le transport du gaz n’ont pas arrangé les choses.

Mais, avec BW aux commandes, je pense que ce chapitre est désormais clos. Comme annoncé lors de la Semaine africaine de l’énergie au Cap, BW poursuit un plan de développement révisé pour Kudu, qui prévoit l’utilisation d’une plate-forme de forage semi-submersible reconvertie en unité de production flottante (FPU), ce qui lui permettra de déplacer le gaz à terre pour la production d’énergie domestique. BW a acheté la plate-forme dont elle a besoin pour cet effort plus tôt cette année.

Les efforts de BW pourraient avoir des effets considérables sur la vie quotidienne en Namibie. Actuellement, le pays dépend des importations d’électricité pour satisfaire ses besoins domestiques. Le travail de BW à Kudu contribuera à fournir le gaz dont la Namibie a besoin pour fournir de l’électricité de manière fiable à sa population, stimuler la croissance industrielle, créer des emplois et positionner la Namibie comme un centre énergétique régional.

Surmonter les obstacles, modéliser la détermination

Eco Atlantic, dont le siège est à Toronto, est un autre indépendant qui illustre ce qui peut être réalisé en Afrique. Elle a surmonté les difficultés liées à la mobilisation de capitaux à une époque où les entreprises sont incitées à ne pas lancer de nouveaux projets pétroliers et gaziers sur notre continent.

En avril, Eco Atlantic a levé environ 25,5 millions de dollars pour couvrir les dépenses de forage du puits Gazania-1, sur le bloc 2B au large de l’Afrique du Sud, bien que la société ait annoncé que son puits d’évaluation n’a pas montré de preuve d’hydrocarbures commerciaux. Cela n’empêche pas la société d’aller de l’avant en Afrique. Avec ses partenaires, Africa Energy Corp, Panoro 2B Limited (une filiale de Panoro Energy ASA) et Crown Energy AB, Eco Atlantic prévoit d’autres forages d’exploration, notamment une campagne de deux puits sur le bloc 3B/4B au large de l’Afrique du Sud, qui devrait commencer en 2023, et au moins un puits sur le bloc Orinduik au large de la Guyane.

« Bien qu’il soit naturellement décevant de ne pas avoir fait de découverte commerciale, le puits Gazania-1 n’était que le premier des quatre puits que nous avons prévus pour les 18-24 prochains mois dans l’ensemble de notre portefeuille », a déclaré Gil Holzman, cofondateur et PDG d’Eco Atlantic.

La ténacité est un trait de caractère indispensable pour toutes les entreprises de ce secteur. L’engagement continu d’Eco Atlantic à explorer les bassins offshores d’Afrique du Sud est louable.

Pas plus tard que le 19 décembre, la société a annoncé que sa filiale, Azinam Limited, avait acquis une autre participation de 6,25 % dans le bloc 3B/4B au large de l’Afrique du Sud. Eco Atlantic a également reçu l’approbation réglementaire pour cette acquisition. Eco Atlantic détient désormais une participation accrue de 26,25 % dans le bloc 3B/4B, avec Africa Oil Corp, l’exploitant du bloc, et Ricocure, une société en amont basée au Cap.

De grandes découvertes, de grandes ambitions

Quant à Africa Oil Corp. l’un de ses atouts est le respect qu’elle a gagné dans le secteur et auprès des dirigeants gouvernementaux. La société a été impliquée dans des découvertes majeures telles que la découverte de pétrole léger Venus 2022 faite avec Total Energies au large de la Namibie (par le biais de sa filiale Impact Oil & Gas Limited).

Depuis lors, la société s’est concentrée sur la poursuite des opérations d’exploration. Elle possède des actifs de production et de développement en eaux profondes au large du Nigeria, des actifs de développement au Kenya et un portefeuille d’actifs d’exploration en Guyane, au Kenya, en Namibie, au Nigeria, en Afrique du Sud et dans la zone de développement conjoint Sénégal-Guinée-Bissau (AGC).

Les succès des entreprises en Afrique de l’Est sont particulièrement intéressants. L’exploration au Kenya au cours de la dernière décennie a ouvert deux nouveaux bassins qui s’étendent jusqu’au sud de la Somalie. Keith a récemment déclaré au magazine Energy, Oil & Gas que ces bassins couvrent une superficie équivalente à celle de la mer du Nord.

Et au Puntland, la société est persuadée d’avoir trouvé un gisement de pétrole grâce au forage du puits Shabeel.

M. Hill se souvient de l’époque où la plupart des entreprises pensaient que les opportunités en Afrique de l’Est étaient limitées.

« Dans la plupart des conférences sur le pétrole et le gaz, l’opinion universelle est que l’Afrique de l’Est représente aujourd’hui l’une des zones d’exploration pétrolière et gazière les plus chaudes du monde », a-t-il déclaré. « L’approche avant-gardiste d’Africa Oil Corp lui a permis de s’implanter et d’obtenir toutes les superficies qu’elle souhaitait avant que cette région ne décolle vraiment. Cela signifie qu’aujourd’hui, vous êtes en présence d’une organisation qui peut se targuer d’avoir la meilleure position en termes de superficie à terre de toutes les sociétés présentes en Afrique de l’Est. »

Bien joué.

Au début de l’année, j’ai déclaré que l’Afrique ne parviendrait pas à réaliser l’avenir énergétique qu’elle souhaite, notamment en mettant fin à la pauvreté énergétique, sans la présence d’indépendants. Aujourd’hui, cette vérité est plus claire que jamais. Oui, les majors et les compagnies pétrolières nationales ont encore un rôle important à jouer dans l’industrie énergétique africaine, mais les entreprises indépendantes qui travaillent ici nous donnent toutes les raisons d’être optimistes quant à l’avenir de l’Afrique.

error: Content is protected !!