A la une

La grande mosquée de Paris porte plainte contre l’écrivain Michel Houellebecq

La grande mosquée de Paris, par la voix de son recteur, a annoncé, mercredi 28 décembre, qu’elle porte plainte contre l’écrivain français Michel Houellebecq. “La Grande Mosquée de Paris porte plainte contre Michel Houellebecq pour les propos très graves qu’il a tenu au sujet des musulmans de France dans une récente interview écrite”, a écrit la mosquée sur Twitter.

Les faits soulevés par Chems-eddine Hafiz ont été publiés dans une revue française. Et selon M. Houellebecq dont les propos ont été retranscrits dans le communiqué de la mosquée : « le souhait de la population française de souche, comme on dit, ce n’est pas que les musulmans s’assimilent, mais qu’ils cessent de les voler et de les agresser. Ou bien, autre solution, qu’ils s’en aillent ».

Et “quand des territoires entiers seront sous contrôle islamique, je pense que des actes de résistance auront lieu. Il y aura des attentats et des fusillades dans des mosquées, dans des cafés fréquentés par les musulmans, bref des Bataclan à l’envers”, aurait ajouté l’écrivain.

La grande mosquée de Paris estime que ces propos sont “inacceptables et d’une brutalité sidérante ». Elles ne visent pas à éclairer un quelconque débat public, mais à attiser les discours discriminatoires, et les actes illégitime comme un fait acquis une opposition essentielle entre « les musulmans » et « les Français de souche », pour dire que les musulmans ne seront jamais de vrais Français, et qu’il faut s’en méfier au plus haut point, car ils veulent détruire l’unité du pays.

Par la voix du recteur, la grande mosquée a donc saisi le procureur contre ce qu’elle estime être un « appel au rejet et à l’exclusion » et une “provocation à la haine contre les musulmans”.