Culture Société

Les tirailleurs pourront percevoir leur minimum vieillesse même s’ils rentrent dans leurs pays d’origine

À la veille de la sortie du film “Tirailleurs” en France, le ministère des Solidarité a annoncé, mardi 3 janvier, que les derniers « tirailleurs sénégalais » pourront rentrer dans leur pays d’origine tout en touchant le minimum vieillesse. Une mesure en faveur d’une quarantaine de vétérans qui pourront désormais percevoir leur minimum vieillesse dans leur pays d’origine s’ils le souhaitent. La perception du minimum vieillesse était conditionnée au fait de vivre en France au moins la moitié de l’année.

“On a des anciens tirailleurs sénégalais qui vivent sur le territoire français depuis un certain nombre d’années, et qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles, seuls dans des chambres, dans des foyers sans leurs femmes sans leurs enfants sans leurs petites enfants, sans leurs arrières petits enfants. Certains sont décédés ici alors qu’ils auraient préféré finir leur fin de vie dans leur pays d’origine, mais malheureusement, la loi française ne leur permettait pas cela jusqu’à maintenant”, a déclaré Aïssata Seck, présidente de l’association pour la mémoire des tirailleurs sénégalais sur RFI.

Le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe va signer prochainement le courrier les autorisant à conserver le minimum vieillesse en vivant hors de France, « dérogation, une tolérance accordée dans des conditions exceptionnelles et définies » aux tirailleurs.

L’annonce coïncide avec la sortie dans les salles du film « Tirailleurs » de l’acteur Franco-sénégalais Omar Sy. Le long-métrage raconte l’histoire des tirailleurs, une unité de combat qui rassemble des militaires africains enrôlés dans l’armée française, pendant la Première Guerre mondiale.