Dernière minute

L’ancien président mauritanien interdit de quitter le pays

Mohamed Ould Abdel Aziz, qui fait face à un procès pour corruption présumée, a déclaré jeudi 5 janvier qu’il avait été interdit de voyager à l’étranger. Selon ses informations, il s’est rendu à l’aéroport pour voyager, mais “en a été empêché par la police politique, qui a dit avoir reçu des instructions ». La police a agi “alors que je ne fais l’objet d’aucun contrôle judiciaire ni d’aucune autre mesure susceptible de m’interdire de voyager », a dit l’ex chef de l’Etat dans une vidéo postée sur Facebook. Son passeport lui aurait même été confisqué.

Le porte-parole du gouvernement mauritanien a expliqué que les raisons de l’interdiction de l’ex président à quitter le territoire mauritanien est en rapport avec la convocation qui doit lui être remise pour un interrogatoire. « À 21h, l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz s’est présenté au comptoir d’Air France. Il a fait ses formalités et c’est au comptoir de la police des frontières que les agents (de la police des frontières, NDLR) ont constaté que dans le système, la personne elle-même est objet d’une convocation, qui doit être remise par les services de police judiciaire. Et aussitôt, ils récupèrent le passeport pour s’assurer de la remise de la convocation au lendemain. Chose qui a été faite”, a indiqué le porte-parole du gouvernement mauritanien, Nani Ould Chrougha,

Arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’État, l’ancien chef de l’Etat et 11 autres personnalités de son régime ont été inculpés pour des soupçons de corruption, de blanchiment d’argent et d’enrichissement illicite durant sa présidence (2008 et 2019). Leur procès doit s’ouvrir ce 25 janvier.