Flash International

25 millions de Nigérians à haut risque d’insécurité alimentaire en 2023 (UNICEF)

Près de 25 millions de Nigérians risquent d’être confrontés à la faim entre juin et août 2023 si des mesures urgentes ne sont pas prises, selon le Cadre harmonisé d’octobre 2022, une initiative dirigée par le gouvernement et l’ONU.

Il s’agit d’une augmentation prévue par rapport aux 17 millions de personnes estimées actuellement exposées au risque d’insécurité alimentaire. La poursuite des conflits, le changement climatique, l’inflation et la hausse des prix des denrées alimentaires sont les principaux moteurs de cette tendance alarmante, lit-on dans un communiqué de l’Unicef. L’accès à la nourriture a été affecté par la violence persistante dans les États du nord-est de Borno, Adamawa et Yobe (BAY) et le banditisme armé et les enlèvements dans des États tels que Katsina, Sokoto, Kaduna, Benue et Niger.

Selon l’Agence nationale de gestion des urgences, des inondations généralisées au cours de la saison des pluies de 2022 ont endommagé plus de 676 000 hectares de terres agricoles, ce qui a réduit les récoltes et augmenté le risque d’insécurité alimentaire pour les familles à travers le pays. Les inondations sont l’un des effets du changement et de la variabilité climatiques qui affectent le Nigéria. Des conditions météorologiques plus extrêmes affectant la sécurité alimentaire sont prévues à l’avenir.

« La situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition au Nigeria est profondément préoccupante », a déclaré M. Matthias Schmale, Coordonnateur résident et humanitaire pour le Nigéria. « J’ai visité des centres de stabilisation nutritionnelle remplis d’enfants qui se battent pour rester en vie. Nous devons agir maintenant pour nous assurer qu’eux et d’autres reçoivent le soutien vital dont ils ont besoin », a-t-il ajouté.

Les enfants sont les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire. Environ 6 des 17 millions de Nigérians en situation d’insécurité alimentaire sont aujourd’hui des enfants de moins de 5 ans vivant dans les États de Borno, Adamawa, Yobe, Sokoto, Katsina et Zamfara. Il existe un risque sérieux de mortalité chez les enfants, attribué à la malnutrition aiguë. Dans les seuls États du BAY, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë devrait passer de 1,74 million en 2022 à 2 millions en 2023, alerte l’Unicef.

Les Nations Unies appellent le gouvernement nigérian, la communauté des donateurs et les parties prenantes publiques et privées à engager d’urgence des ressources et à mettre en œuvre des mesures d’atténuation pour sauver des vies et prévenir une situation potentiellement catastrophique en matière de sécurité alimentaire et de nutrition. Le soutien aux familles vulnérables partout au pays est « nécessaire aujourd’hui, pas demain. »

error: Content is protected !!