A la une Economie

Assises de l’entreprise : Baidy Agne réussit le pari de la mobilisation et de l’innovation

Discours d’ouverture du président du CNP, Baidy Agne, lors des Assises de l’entreprise le 16 février 2023

Le Conseil national du patronat sénégalais (CNP) a procédé à l’ouverture des « Assises de l’entreprise » ce jeudi 16 février 2023 à Dakar. La cérémonie a été présidée par le Premier ministre Amadou Ba en présence de trois membres du gouvernement, de la présidente de la confédération des entreprises algériennes, du président du Conseil national du patronat malien, les secrétaires généraux des centrales syndicales…

Ces assises de l’entreprise qui se tiennent sur deux jours du 16 au 17 février ont pour objectif d’entretenir des débats économiques et constructifs. « Les assises constituent un espace de dialogues, et de partenariats », a notamment dit le président du CNP, M. Baidy Agne.

« Nous aimons notre Sénégal et nous devons investir et créer des emplois. Ce sont les risques que nous assumons tous les jours. Nous avons une ambition : celle d’améliorer le mieux vivre et le mieux-être de chaque citoyen sénégalais », a-t-il déclaré dans son allocution d’ouverture. 

Selon lui, dans ce contexte actuel, les attentes du monde de l’entreprise vis-à-vis du gouvernement sont fortes. Pour la première fois, dit-il, le CNP a fait le choix de ne pas présenter une très grande déclaration sur l’environnement et la compétitivité de l’entreprise. Cependant, il a innové avec un panel de haut niveau.

Il a ensuite annoncé l’ambition du CNP de faire de Dakar une place financière : « toutes les conditions sont réunies, car notre pays dispose d’un écosystème global approprié ». « Notre projet vise la complémentarité et non la concurrence avec les places africaines », a précisé M. Agne. 

Devant le Premier ministre Amadou Ba, le président du CNP a évoqué le sujet de dette intérieure : « La dette intérieure et les créances échues augmentent et leur soutenabilité se pose de plus en plus dans les secteurs d’activité tels que le BTP, les infrastructures, les produits pétroliers, l’agro-industrie etc. ».

« Certes nous comprenons les arbitrages de l’Etat en réponse aux chocs exogènes. Faut-il subventionner s’endetter ou les deux ? Mais il est urgent que l’entreprise ait cette visibilité sur la date de paiement de la dette intérieure », a-t-il plaidé.

Plaidoyer pour une mise en place d’une loi générale sur le contenu local

Le président du Conseil national du patronat sénégalais a en outre plaidé pour le renforcement et l’élargissement du contenu local notamment dans les secteurs de l’énergie, les infrastructures, l’industrie pharmaceutique etc.

Mieux, dit-il, le CNP propose au gouvernement, la mise en place d’une loi générale sur le contenu local permettant ensuite les déclinaisons règlementaires juridiques en fonction de la nature des secteurs d’activités ou produits ciblés. « Les départements ministériels seraient au premier plan pour impulser davantage le contenu local dans les politiques sectoriels », a fait savoir Baidy Agne. 

Il a enfin salué l’intégration du statut de l’entreprise nationale dans le Code des marchés public, rappelant que c’est le résultat de plus de dizaines d’années de plaidoyers. 

« Nous portons également avec satisfaction outre le statut de l’entreprise nationale, les 5% réservés à l’économie sociale et solidaire c’est-à-dire aux femmes, aux jeunes et aux personnes vivant avec un handicap. Et les 2% réservés aux entreprises à actionnariat minoritaire », s’est réjoui M. Agne qui remercie le chef de l’Etat pour les innovations majeures apportées au Code des marchés publics.

error: Content is protected !!