A la une International

« La RDC ne doit pas être un butin de guerre »,  Emmanuel Macron

Emmanuel Macron et Félix Tshisekedi au Palais de la Nation Samedi 04 mars 2023.

Emmanuel Macron a retrouvé, samedi 04mars, son homologue congolais Félix Tshisekedi au « palais de la Nation ». Il a abordé sans satisfaire entièrement l’opinion congolaise sur le difficile terrain de la diplomatie de guerre en République démocratique du Congo.

Lors d’un entretien suivi d’une conférence de presse commune, il a affirmé que la République démocratique du Congo, en proie à une rébellion dans sa partie orientale, ne doit « pas être un butin de guerre », a lancé samedi à Kinshasa le président français Emmanuel Macron.

Même si ses efforts de paix dans l’est du pays face à la rébellion du M23 sont contestés Macron, « Ni pillage, ni balkanisation, ni guerre », a-t-il martelé. Il a affirmé : « Ce que nous attendons du Rwanda et des autres (acteurs), c’est de s’engager et de respecter les rendez-vous qu’ils se donnent sous la supervision des médiateurs et s’ils ne respectent pas, alors oui, il peut y avoir des sanctions, je le dis très clairement », a-t-il souligné, dans un ton semblable à une mise en garde à Kigali.

Emmanuel Macron a annoncé que la France allait « débloquer une contribution immédiate de 34 millions d’euros d’aide humanitaire » pour couvrir les besoins immédiats de la population locale en termes d’alimentation, de soins de santé et d’assainissement.

Cela ne semble pas contenter les Congolais. « L’opinion congolaise attend de la France un engagement clair pour le retour de la paix (…) Il n’y a pas de place pour l’ambiguïté », a déclaré cette semaine le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Plusieurs dizaines d’autres qui, brandissant des drapeaux russes, avaient déjà manifesté mercredi à Kinshasa contre la venue du président français, se sont de nouveau regroupés samedi matin avec l’intention de marcher vers un des sites de sa visite. Ils ont été rapidement dispersés par les forces de l’ordre et leurs leaders interpellés, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En décembre dernier, Paris a dénoncé le soutien du Rwanda au M23, mais le doute persiste à Kinshasa sur la position de la France et les Congolais demandent à Paris de sanctionner Kigali.

error: Content is protected !!