A la une International

Togo: Vincent Bolloré voit sa mise en examen confirmée Soupçons de corruption

Les soupçons de corruption au Togo qui pèse sur Vincent Bolloré, ouvrent un nouvel épisode judiciaire. La cour d’appel de Paris a annulé, ce mardi 22 mars, une partie des pièces de l’enquête sur l’attribution de la gestion du port de Lomé entre 2009 et 2011, mais confirmé la mise en examen de l’homme d’affaires français pour corruption d’agent public étranger.

Le groupe Bolloré et ses « plus hautes autorités » d’avoir utilisé les activités de conseil politique de sa filiale Euro RSCG pour décrocher frauduleusement la gestion du port de Lomé au bénéfice d’une autre de ses filiales.

En février 2021, Vincent Bolloré avait reconnu publiquement les faits reprochés et accepté de payer une amende de 375 000 euros, lors d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), négociée avec le parquet.

Saisie par la défense de Vincent Bolloré qui demandait la nullité de l’enquête judiciaire et donc de sa mise en examen, au motif notamment que la présomption d’innocence du milliardaire français était bafouée par le fait que sa tentative avortée de plaider-coupable figurait dans la procédure. La juge en charge du dossier avait refusé d’homologuer ce « plaider-coupable », estimant « nécessaire » la tenue d’un procès.

« Ce n’est pas une surprise, c’est l’application de la loi. La reconnaissance de culpabilité ne peut figurer au dossier car il faut préserver la présomption d’innocence », réagit Jérôme Karsenti, conseil des associations Anticor et Sherpa, parties civiles. Mais pour l’avocat, cette décision reste une « victoire », puisque « la mise en examen est confirmée et donc que Vincent Bolloré va comparaître devant un tribunal indépendant et impartial pour corruption ». Contacté, Me Baratelli, avocat de Vincent Bolloré.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!