Economie

UEMOA : Ouverture, ce vendredi, de la session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a abrité, dans les locaux de son siège de Dakar ce vendredi 31 mars, la première session ordinaire du Conseil des Ministres de l’Union, au titre de l’année 2023.

Dans son allocution d’ouverture, Adama Coulibaly, président du Conseil des ministres de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA) a rappelé que l’année 2022 s’est achevée sur une note d’optimisme laissant augurer de bonnes perspectives pour 2023. « L’activité économique de l’Union, sur un an, est restée dynamique au quatrième trimestre 2022, avec une progression de 5,4% du PIB, après une hausse de 5,7% notée le trimestre précédent », a-t-il détaillé. Il a expliqué que cette évolution de l’activité a été portée par celle de la valeur ajoutée dans l’ensemble des secteurs.

Inflation : 7,8% contre 8,4% un trimestre plus tôt

Pour ce qui est de l’inflation au niveau de l’Union, elle a amorcé une décélération au quatrième trimestre 2022, pour s’établir à 7,8% contre 8,4% un trimestre plus tôt, a fait savoir M. Coulibaly. « Cette décélération du niveau général des prix est imputable aux actions menées par les Autorités nationales et monétaires ainsi qu’à la baisse du rythme de progression des prix des produits alimentaires de la campagne 2022/2023, dont la production est en hausse de 15,9 % contre une baisse de 13.1% l’année précédente », a-t-il précisé.

Le président du Conseil des ministres de l’Union a par ailleurs informé que la gestion des finances publiques dans l’UEMOA, en 2022, s’est soldée par un creusement du déficit budgétaire base engagements, dons compris, par rapport à l’année précédente, en raison notamment des mesures prises par les Etats membres visant à préserver le pouvoir d’achat des populations et de la poursuite de l’exécution des programmes d’investissements publics.

« Le déficit budgétaire s’est établi à 6,4% du PIB à fin décembre 2022, contre 5.4% du PIB un an auparavant »

« Le déficit budgétaire s’est établi à 6,4% du PIB à fin décembre 2022, contre 5.4% du PIB un an auparavant. Le financement de ce déficit public a été notamment assuré par la mobilisation de ressources sur le marché financier régional et, dans une moindre mesure, auprès des partenaires extérieurs », a déclaré Adama Coulibaly.

Ce dernier a attiré l’attention sur la détérioration marquée en 2022 des indicateurs caractéristiques de la stabilité extérieure de l’Union. En effet, dit-il, sur l’ensemble de l’année 2022, le déficit courant s’est établi à 7,7% du PIB, après 5.6% en 2021.

Cette détérioration des comptes extérieurs intervient dans un conteste de renchérissement des produits alimentaires et énergétiques sur les marchés mondiaux, conjuguée avec un repli des flux nets de capitaux au titre du compte financier.

Pour cette première session ordinaire au titre de l’année 2023, le Conseil des ministres de l’Union examinera, au titre de la BCEAO, le Rapport sur la situation économique et monétaire de l’UEMOA au 31 décembre 2022. Il se prononcera Ensuite sur deux projets de textes importants, à savoir, le Projet de Convention régissant la Commission Bancaire de I’UMOA et son Annexe ainsi que le Projet de Loi uniforme relative à la Lutte contre le Blanchiment de Capitaux, le Financement du Terrorisme et de la Prolifération des armes de destruction massive.

Le Conseil procédera également à la nomination des représentants des Etats membres au sein du Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA (CSF-UMOA) ainsi qu’à l’approbation des comptes de la BCEAO Centrale pour l’exercice 2022 et à l’affectation du résultat financier de la Banque pour l’exercice 2022.

S’agissant de la BOAD, le Conseil des ministres se prononcera sur le Rapport annuel 2022 de la BOAD et procédera à l’approbation des comptes annuels de la BOAD pour l’exercice clos le 31 décembre 2022 ainsi qu’à la modification des Statuts de cette Institution.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!