A la une International

La situation à Gaza « de plus en plus désespérée au fil des heures » (Guterres)

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a estimé dimanche que la situation à Gaza était « de plus en plus désespérée au fil des heures », alors que l’armée israélienne poursuit ses bombardements et ses opérations terrestres dans l’enclave palestinienne assiégée.

« Je regrette qu’au lieu d’une pause humanitaire indispensable et soutenue par la communauté internationale, Israël ait intensifié ses opérations militaires. Le nombre de civils tués et blessés est totalement inacceptable », a déclaré le chef de l’ONU lors d’un point de presse conjoint avec le Premier ministre du Népal, Pushpa Kamal Dahal ‘Prachanda’, à Katmandou, où il a entamé une visite.

Le Secrétaire général a souligné qu’il continuerait « d’insister sur la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages de Gaza » et a réitéré sa « condamnation totale des attaques effroyables perpétrées par le Hamas », ajoutant que « rien ne peut jamais justifier les meurtres, les blessures et les enlèvements de civils ».

Il a adressé ses plus sincères condoléances aux familles des dix étudiants népalais tués dans « les attaques terroristes du Hamas en Israël le 7 octobre », et a souhaité « le retour sain et sauf de Bipin Joshi, porté disparu ».

Le Secrétaire général a déclaré que « toutes les parties doivent respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire », rappelant que ce droit est né « de la tragédie et des terribles expériences de la guerre ».

« La protection des civils est primordiale. Les lois de la guerre établissent des règles claires pour protéger la vie humaine et respecter les préoccupations humanitaires. Ces lois ne peuvent pas être déformées par opportunisme », a souligné M. Guterres.

Selon le Secrétaire général, le monde est « témoin d’une catastrophe humanitaire qui se déroule sous nos yeux » à Gaza, notant que plus de deux millions de personnes, « sans nulle part où aller en sécurité, se voient refuser les éléments essentiels à la vie – nourriture, eau, abri et soins médicaux – et sont soumises à des bombardements incessants ».

Il a exhorté « tous ceux qui ont des responsabilités à prendre du recul » et a réitéré son appel à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat, à la libération inconditionnelle de tous les otages et à l’acheminement d’une aide humanitaire soutenue et d’une ampleur répondant aux besoins de la population de Gaza ».

« Nous devons unir nos forces pour mettre fin à ce cauchemar pour la population de Gaza, la population d’Israël et toutes les personnes affectées dans le monde, y compris ici au Népal », a-t-il ajouté.

De son côté, l’agence des Nations Unies chargée des réfugiés palestiniens, l’UNRWA, a déclaré dimanche qu’il y avait des signes inquiétants d’un « écroulement de l’ordre civil » à Gaza alors que des milliers de personnes ont envahi plusieurs entrepôts de l’UNRWA pour s’emparer notamment de farine.

« Des milliers de personnes ont fait irruption dans plusieurs entrepôts et centres de distribution de l’UNRWA dans les zones centrale et méridionale de la bande de Gaza, emportant de la farine de blé et d’autres articles de survie de base comme des produits d’hygiène. L’un de ces entrepôts, à Deir al-Balah, est l’endroit où l’UNRWA stocke les fournitures des convois humanitaires en provenance d’Égypte », a indiqué l’agence onusienne dans un communiqué de presse.

Selon l’ONU, le déplacement massif de personnes du nord de la bande de Gaza vers le sud a exercé une pression énorme sur ces communautés, alourdissant encore le fardeau des services publics en ruine. Certaines familles ont accueilli jusqu’à 50 membres de leur famille hébergés dans un seul logement.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!