A la une International

Au Burkina Faso, des « attaques simultanées » lors du week-end tuent 15 civils

Le Burkina Faso est de nouveau frappé par un drame. Dans des « attaques simultanées » de terroristes islamistes présumés samedi dans l’est du pays, 15 civils, dont trois supplétifs de l’armée, ont été tués, a appris mardi l’AFP de sources locales et sécuritaires. 

Ces « attaques simultanées et synchronisées » ont eu lieu dans deux quartiers de Diapaga, chef-lieu de la province de la Tapoa, dans la région de l’Est, et ont fait quinze morts, a déclaré à l’AFP un habitant de la région, une attaque et un bilan confirmés par un représentant de la société civile de la province.

« La population, dans le désarroi total, les a conduits à leur dernière demeure le dimanche 19 novembre au cimetière municipal de Diapaga », indique dans une note écrite un porte-parole d’organisations de la société civile, Kondia Pierre Yonli parcouru par l’AFP.

Cette tuerie est la deuxième perpétrée ce mois-ci dans le pays en proie à une crise sécuritaire depuis plusieurs années. À Zaongo, village situé dans centre nord du pays, au moins 70 personnes ont été tuées. Les auteurs de ce massacre n’avaient toujours pas été identifiés

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!