A la une Société Vidéos

Journée de restitution du bilan de la gestion de l’hivernage 2023 : l’ONAS reconnaît qu’il y a des manquements

L’Office Nationale de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), a organisé ce mardi une journée de restitution du bilan de la gestion de l’hivernage 2023.

Cette rencontre a été une occasion pour cette instance en charge des questions d’assainissement de revenir sur les réalisations faites lors de la précédente saison hivernale mais aussi de pointer du doigt les manquements sur lesquels l’ONAS doit faire des efforts considérables.

Mamour Diallo, le directeur général de l’ONAS est satisfait du bilan de ses troupes qui selon lui, n’ont ménagé aucun effort pour minorer les dégâts causés par les inondations. « Les moyens que le gouvernement a mis dans ce projet de lutter contre les inondations ainsi que le travail acharné de nos équipes sur le terrain, ont permis de réduire considérablement les impacts des fortes pluies cette année », a-t-il indiqué.

Cet exercice s’inscrit dans le cadre d’une restitution des avancés qui ont été notées dans le cadre de la gestion des inondations sans oublier de mettre le curseur sur les choses non accomplies jusqu’à présent. « Il s’agit pour nous de faire les constats, voir les résultats qui ont été générés à la suite de ces actions et de faire le point sur les difficultés, c’est à dire ce qui n’a pas été fait parce que tout n’est pas rose » a affirmé M. Diallo

En effet, le directeur général de l’ONAS s’est réjoui des améliorations du réseau de canalisations à Dakar dans les zones comme l’hôpital Philippe-Maguilen Senghor de Yoff, Parcelles assainies unité 22, la Zone de captage, la Cité millionnaire, Grand Yoff à Fatick et Touba. 

« L’implication des populations pour faciliter le travail de l’Office nationale du Sénégal est primordial » a déclaré Moussa Diakhaté, le président de la commission des lois, de la décentralisation, du travail et des droits humains de l’Assemblée nationale, avant de conclure sur l’incivisme qui conduit à des situations non souhaitables. « L’ONAS a ses limites également, quel que soit le travail qu’elle fait si les populations agissent de façon individuelle en mettent des ordures dans les canalisations, cela ne facilite pas les choses » conclut-il. 

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!