A la une Politique

Barthélemy Dias : « Même si je suis condamné je garde mon poste de maire de la ville de Dakar »

Le Maire de la ville de Dakar Barthélemy Dias a tenu un point de presse ce vendredi 15 décembre, après que son procès devant la Cour Suprême concernant l’affaire Ndiaga Diouf, du nom du nervis tué devant la mairie de Mermoz-Sacré-coeur en 2011, a été fixé au 22 décembre. 

« C’est moi même qui me suis conduit à la Cour Suprême car considérant être victime d’une injustice » a déclaré d’emblée le maire de la capitale sénégalaise condamné en première instance à deux ans de prison dont 6 mois ferme, une décision confirmée par la Cour d’appel. 

« J’aurai pu m’arrêter à la condamnation en première instance », informe M. Dias mais il juge injuste les 20 millions de Fcfa qu’il doit verser à la famille de la victime. Il annonce également qu’il ne se rendra pas devant la Cour Suprême le jour du procès. 

« Même si je suis condamné je garde mon poste de maire de la ville de Dakar »

L’enjeu majeur de cette affaire pour Barthélemy est son maintien ou non dans ses deux postes électifs en cas de condamnation définitive. Mais il se veut clair : « Même si je suis condamné je garde mon poste de maire de la ville de Dakar »

Si le poste de maire de Dakar semble hors de danger, ce n’est pas le cas pour celui de député. Dias-fils voit dans le timing de ce procès une volonté de ses adversaires politiques de compromettre les chances de parrainage parlementaire de Khalifa Sall dont le parti, Taxawu Senegal, détient 14 sièges à l’Assemblée nationale, un de plus que le nombre requis pour valider ce type de parrainage.

« Je dénonce cette volonté de vouloir remettre en cause le parrainage parlementaire du candidat Khalifa Sall ». En effet le candidat Khalifa Sall, n’a besoin que de 13 députés pour bénéficier du parrainage parlementaire, mais avec la possibilité de voir ‘Barth’ perdre son siège, cette option semble compromise. 

« Si la Cour Suprême confirme ce qu’a dit la Cour d’appel, il faudrait que le ministre de la Justice saisisse le président de l’Assemblée Nationale pour me faire perdre mon poste de député (…) il peut aussi y avoir des manœuvres pour débaucher et faire perdre un ou deux autres élus à Khalifa Sall », a-t-il avisé.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!