A la une International

La France annonce la fermeture de son ambassade au Niger au moment où ses derniers soldats quittent le pays

C’est une nouvelle étape franchie dans les tensions diplomatiques entre la France et le Niger. Paris a décidé de fermer son ambassade à Niamey, où « elle n’est plus en capacité de fonctionner normalement ni d’assurer ses missions », a appris l’AFP jeudi auprès de sources diplomatiques.

Cette nouvelle mesure est l’aboutissement d’un divorce entre les deux pays entamé au lendemain du coup d’État qui a mis fin au régime de Mohamed Bazoum, le 26 juillet dernier. Les nouveaux dirigeants du Niger ont, au fil du temps, pris des mesures montrant clairement leur défiance envers l’ancienne puissance coloniale.

L’on se souvient de l’épisode avec l’ambassadeur de la France au Niger, Sylvain Itté, dont le régime militaire avait ordonné l’expulsion et qui était resté bloqué plusieurs jours à l’intérieur de la représentation diplomatique avant d’être rapatrié en France.

Fin officielle de la collaboration militaire entre les deux pays

Niamey avait également annoncé le 12 décembre le départ de tous les soldats français déployés au Niger dans le cadre de la lutte antidjihadiste d’ici le 22 décembre.

Les 50 derniers soldats français encore présents sur la base aérienne projeté de Niamey ont embarqué ce vendredi matin à bord d’un avion de l’armée de l’air, pour rallier la France, annonce RFI. Ce qui marque donc la fin du désengagement des militaires français sur le sol nigérien, trois mois après le début.

Ce départ marque aussi la fin de plus de dix ans de présence française dans la sous-région. Après l’arrêt de l’opération « Barkhane » au Mali, en 2022, puis la fermeture de la base des forces spéciales à Ouagadougou, au Burkina Faso, le retrait du Niger finalise le démantèlement du dispositif français de lutte contre le terrorisme dans ces trois pays.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire