A la une Politique

Karim Wade annonce son retour au Sénégal

Karim Wade, candidat à la Présidentielle du 25 février 2024 de la Coalition «Karim 2024», a rompu le silence lors d’un discours le 1er janvier 2024, depuis son lieu d’exil, le Qatar. Le fils de l’ancien président, Abdoulaye Wade a annoncé, son retour imminent au pays pour la présidentielle du 25 février 2025 et son ambition de restaurer l’unité et la réconciliation.

Dans son discours retransmis en exclusivité sur trois chaînes de télévision privées il affirme que « mon exil touche à sa fin, je me tourne vers l’avenir avec espoir. 2024 est une année charnière pour le Sénégal ».

Karim Wade poursuit ses propos en ajoutant que « Nous avons l’occasion de choisir un chemin différent qui mène vers un développement inclusif, une économie dynamique et performante bénéficiant à tous et vers une gouvernance plaçant l’intérêt du peuple au-dessus de tout. Candidat à la présidence de la république, je renouvelle mon engagement envers vous, je suis résolu à travailler pour un Sénégal uni où chaque citoyen pourra réaliser le projet qui lui tient à cœur ».

A la perte du pouvoir par Wade père en 2012, Karim Wade est accusé de détournements de deniers publics, de corruption et d’enrichissement illicite et placé en garde à vue à partir du mois d’avril 2013.

La cour de répression de l’enrichissement illicite l’a reconnu coupable d’enrichissement illicite en mars 2015 et l’a condamné à une peine de 6 ans de prison ferme et 138 milliards de FCFA d’amende. Il a finalement bénéficié d’une grâce présidentielle le 24 juin 2016 date à laquelle il s’est envolé pour le Qatar.

Cet épisode est naturellement revenu dans ce tout premier discours officiel de Wade fils.

« Il y a plus de 7 ans, j’ai été contraint à quitter ma terre natale, le Sénégal, que j’aime au plus profond de mon cœur. Cet exil forcé après un procès arbitraire suivi de trois longues années de prison m’a interdit d’aller prier sur les tombes de mes proches. Cette séparation brutale avec nos terres et traditions m’a également privé de moments précieux (…) Ces moments douloureux resteront gravés en moi », a-t-il fait ressortir, non sans oublier de mentionner le soutien de l’émir du Qatar et des sympathisants à son égard lors de cette période sombre.

Investi candidat du Pds pour la présidentielle de 2019, Karim Wade a vu son dossier recalé par le conseil constitutionnel à cause de ses déboires judiciaires.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!