A la une Société

Protection de la vie privée : Le président pour une « adéquation avec les réalités évolutives de notre temps »

Le Sénégal souhaite une application de la protection de la vie privée qui va au-delà des textes existants en prenant en compte des considérations d’ordre éthique et moral basées sur les valeurs sénégalaises.

Le sujet était au cœur de la rentrée solennelle des Cours et Tribunaux ce jeudi à Dakar. Dans ce rendez-vous d’écoute et d’échanges entre l’Exécutif, le Judiciaire et le Barreau, la protection de la vie privée a été retenue comme thème principal.

Selon le président Macky sall qui a présidé la cérémonie d’ouverture, c’est une thématique qui nécessite « d’assurer l’équilibre entre le principe de liberté et l’impératif de protéger ce qui relève de la sphère privée, y compris les données personnelles ».

Conscient que « nul n’est épargné » dans un monde marqué « l’explosion des technologies de l’information et de la communication et la frénésie des réseaux sociaux » Macky Sall soucrit à « la nécessité de concilier les avancées technologiques et l’exigence de protéger les droits fondamentaux attachés à la vie privée ».

Pour cela, le président Sall souhaite « leur adéquation entre les lois et institutions existantes avec les réalités évolutives de notre temps ». La mise en place de la Commission de Protection des Données Personnelles entre dans ce registre en rendant effectives les dispositions de la loi 2008-12 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel.

Cependant, pour le chef de l’Etat, « la protection de la vie privée n’incombe pas seulement à l’État ». Elle doit être le cas dans le milieu socio-professionnel privé pour préserver l’équilibre entre le travail et la vie personnelle. Il en est de même pour les procédures judiciaires en partant de l’enquête jusqu’au jugement.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire