Flash Politique

Commission d’enquête parlementaire : Thierno Alassane Sall parle d’une ‘’tentative de complot’’ contre la République

L’Assemblée nationale sénégalaise se penche ce mercredi sur la requête introduite par les députés du PDS pour l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire. Ils accusent deux membres du Conseil constitutionnel de faits de « corruption » et de « conflit d’intérêt », dans la procédure qui a conduit à l’invalidation de la candidature de Karim Wade.

Pour Thierno Alassane Sall, l’auteur du recours qui a conduit au recalage du fils de l’ancien président, la mise en place de cette commission constitue une « violation flagrante de la séparation des pouvoirs, un principe fondamental de notre République ».

« Cette initiative présentée sous des airs de légitimité est en réalité une manœuvre visant à instaurer une crise institutionnelle artificielle en faisant le lien avec l’article 52 de la Constitution relatif aux pouvoirs exceptionnels du Président de la République dans l’optique de justifier un prochain complot contre la République et notre démocratie », ajoute le candidat à la Présidentielle.

Les raisons de cette manœuvre sont claires d’après lui. Le PDS, qui a vu son candidat écarté, cherche à s’allier à BBY qui a vu ses requêtes contre des candidats rejetées pour « remettre en cause cette décision par des moyens détournés ».

Le leader du parti RV (République des Valeurs) déplore aussi la ‘’sélectivité’’ des sujets portés devant l’hémicycle, rappelant des « scandales bien plus graves », tels que la gestion des fonds Covid, les rapports de l’IGE et de la Cour des comptes, qui n’ont pas fait l’objet d’enquête parlementaire.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!