A la une Politique

« Tout le monde sait qu’il y aura second tour (…) et je sais que j’y serai » (Khalifa Sall)

L’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall aspire à briguer la magistrature suprême du Sénégal. Sa candidature fait partie des 20 validées par le conseil constitutionnel. Du haut de ses années d’expériences et de sa notoriété dans la sphère politique, Le leader de Taxawu Sénégal se dit confiant et rassuré de passer le premier tour.

Dans un entretien accordé RFI et France24 à Saint-Louis, l’ancien maire de la capitale sénégalaise se dit certain de se qualifier pour le second tour de la prochaine présidentielle. Il assure que « tout le monde sait qu’il y aura second tour, c’est la réalité du moment, et je sais que j’y serai peu m’importe celui que j’aurai en face de moi » a-t-il affirmé d’emblée aux journalistes.

Interrogé sur ses relations distendues avec des membres de l’opposition dont Ousmane Sonko, Khalifa Sall affirme qu’il n’y a pas rupture, mais que chacun suit sa voie. « Nous avons été respectueux des statuts, textes, des codes de conduite de Yewwi Askan Wi et il n’a jamais été question d’être unanime s’il faut participer au dialogue ou pas chaque parti avait sa position (…) mais j’ai participé au dialogue parce que nous croyons au dialogue dans ce pays ».

Pour preuve, « en juin dernier, j’ai accepté d’aller au dialogue national initié par le Président Macky Sall, parce que je crois au dialogue politique. J’ai même accepté de dialoguer quand j’étais en prison », a-t-il confié toute en réaffirmant son appartenance l’opposition sénégalaise.

À la question de savoir s’il espère attirer les électeurs orphelins de Karim Wade, recalé par le Conseil constitutionnel, Khalifa Sall réplique : « Il ne faut pas avoir un comportement de charognard. On est solidaire de Karim et, pour l’instant, on le soutient dans son combat pour intégrer le dispositif électoral ».

error: Content is protected !!