A la une Justice

La demande de liberté provisoire du candidat Diomaye Faye rejetée par le doyen des juges

Le 4 février prochain, les candidats à la Présidentielle débuteront officiellement leur campagne, à l’exception de Bassirou Diomaye Faye. Celui dont la candidature a été portée par la coalition Diomaye Président, a vu sa nouvelle demande de liberté provisoire rejetée par le doyen des juges.

Dans un communiqué publié le 31 janvier, la coalition Diomaye Président informe que cette demande a été introduite « le lundi 22 janvier 2024, suite à la validation définitive de la candidature par le Conseil constitutionnel » de Bassirou Diomaye Faye. 

Les alliés de l’opposant estiment que le régime « persiste dans sa volonté de spolier les droits de tout opposant », rappelant les propos du Président Sall qui avait annoncé, lors de sa rencontre du 24 janvier avec les candidats ‘’spoliés’’, « qu’il ne s’opposerait pas à une liberté provisoire pour le candidat Bassirou Diomaye Faye ».

Ils dénoncent que pour « la première fois dans notre histoire politique, un candidat accusé et même pas encore jugé, donc qui garde ses droits politiques encore intacts, est empêché de battre campagne », ce qui est contraire au principe d’égalité entre les candidats.