A la une Politique

La mission d’observation de l’UE veut contribuer à un processus électoral ’’transparent’’

A quatre jours de l’ouverture de la campagne pour le scrutin présidentiel sénégalais du 25 février prochain, la mission d’observation électorale de l’Union européenne au Sénégal veut contribuer  « positivement » à une élection présidentielle libre, transparente et inclusive.

Au cours d’une conférence de presse organisée mercredi 31 janvier à Dakar, sa cheffe observatrice, Malin Björk.la Suédoise a déclaré que les équipes d’observation de l’UE veulent contribuer « à un processus électoral démocratique dans lequel toutes les voix puissent être entendues, et les choix des électeurs sénégalais respectés »

Au total « plus de 130 observateurs issus des 27 États membres de l’UE, de la Suisse, de la Norvège et du Canada » durant tout le processus, a expliqué Malin Björk, députée au Parlement européen.

 « On va aller à la rencontre de tous les acteurs qui participent et font partie du processus électoral qui doit être inclusif et transparent. On va lire les textes, on va étudier les lois sénégalaises parce que cette élection appartient aux Sénégalais, aux acteurs mais aussi aux citoyens », a fait savoir Mme Björk.

La cheffe de mission a déclaré avoir déjà eu des entretiens avec les autorités chargées de l’organisation de la présidentielle notamment la Direction générale des élections (DGE) et la Commission électorale nationale autonome (CENA). Elle prévoit de rencontrer le Conseil constitutionnel, la société civile et les candidats ‘’où qu’ils soient et quelle que soit leur situation actuelle’’.

S’agissant de la participation de Bassirou Diomaye Faye en détention, ‘’il me semble très important que les candidats retenus par le Conseil constitutionnel puissent faire campagne en toute l’égalité’’. ‘’On est en train de faire des démarches’’ pour rencontrer le candidat de l’ex-Pastef » a-t-elle ajouté.