A la une

La BCEAO en quête d’un système financier résilient et durable face au changement climatique

L’Afrique contribue pour moins de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais c’est le continent le plus affecté par les effets néfastes du changement climatique. L’agriculture, qui emploie plus de 40 % de la main-d’œuvre et contribue à 26 % au Pib de l’Uemoa, « demeure un secteur particulièrement exposé ».

ces propos rapportés par le quotidien national le soleil, sont du premier ministre Amadou Ba, alors qu’il présidait la conférence organisée par la Bceao, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest , mardi 6 février, à Dakar sur le thème : « Les banques centrales face aux défis du changement climatique ».

Selon une étude de la Banque mondiale, l’UEMOA subirait, en moyenne, un milliard de dollars de pertes par an sur la production de ses cultures vivrières les plus importantes dues aux sécheresses. Les industries et services sont également exposés à des « pertes notables » en zones urbaines inondables.

Rappelant que le changement climatique est l’une des préoccupations majeures des décideurs en raison des effets induits sur tous les pans de la société, le Chef du Gouvernement sénégalais se félicite que les banques centrales aient pris la mesure du rôle important qu’elles sont appelées à jouer pour impulser des actions qui permettront au secteur financier de contribuer davantage aux politiques publiques déployées par les États dans la mise en œuvre de leurs engagements internationaux sur le climat.

Pour le Gouverneur de la Bceao, Jean-Claude Kassi Brou, si l’engagement des banques centrales à l’égard du changement climatique est récent, les actions qu’elles ont menées ces 10 dernières années reflètent bien la prise de conscience croissante que le changement climatique peut avoir des répercussions importantes sur le système financier et, par ricochet, sur l’économie.

Ainsi, le réseau pour le verdissement du système financier dont la BCEAO est membre et qui a vu le jour en 2017, est un cadre de réflexion sur le changement climatique regroupant 114 banques centrales et superviseurs financiers.

En outre, ajoute le Gouverneur de la Bceao, le Comité de Bâle a récemment édité les grands principes à prendre en compte par les régulateurs et superviseurs du système financier pour la gestion du changement climatique.

Pour Jean-Claude Kassi Brou,« Les risques climatiques sont certes des préoccupations environnementales, mais leurs effets peuvent compromettre la résilience de notre système financier dans son ensemble ».

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!