A la une International

Au 31 mars 2024, la dette à risque du Niger sur le marché monétaire de l’UEMOA atteindra 314,5 milliards FCFA

Au 31 mars 2024, le Niger peut se retrouver avec 314,5 milliards FCFA de dette due en capital et intérêts, contractés sur le marché régional des titres publics de l’UEMOA, et dont les échéances de remboursement seront dépassées de plus de 90 jours. Cette situation fait suite aux sanctions économiques décidées par la sous-région après le coup d’Etat de 2023 qui a vu des militaires prendre le pouvoir.

Selon l’agence ecofin, une vingtaine de notifications publiées par l’Agence UMOA-Titres actent chaque incident de paiement, précisant que cela survient dans un contexte de sanctions de l’UEMOA et que la situation fait l’objet d’une surveillance étroite.

Conformément aux règles prudentielles, ces créances pourraient être déclassées par les banques commerciales en créances douteuses après 90 jours de retard, nécessitant des provisions sur fonds propres.

Pour atténuer l’impact, la BCEAO, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a assoupli sa réglementation afin de permettre aux banques de considérer ces créances comme saines temporairement, à condition de les reporter tous les 5 du mois au plus tard.

Avec l’accumulation des impayés de 2023 et ceux à venir en 2024, l’encours à risque devrait atteindre les 578,5 milliards FCFA si, aucune issue favorable n’est trouvée à cette tension entre le Niger et la sous-région.

La dérogation de la BCEAO est pertinente pour les banques qui détiendraient jusqu’à 80% de la dette sur titres publics émis par adjudication au sein de l’UEMOA. Toutefois, elle ne s’applique qu’aux banques.

Les autres créanciers, comme les fonds de pension ou les assurances, restent soumis à leurs propres règles prudentielles. Or, fin 2023, une part importante de la dette du Niger était détenue par des investisseurs étrangers, notamment au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!