Flash Politique

Khalifa Sall rejette le dialogue et appelle au respect du calendrier républicain

Khalifa Sall reste sur la même logique depuis l’annonce du report de la Présidentielle initialement prévue le 25 février : « Pas de dialogue, tant que le calendrier républicain n’est pas respecté ». Il l’a encore fait savoir lundi lors d’une conférence de presse organisée au siège de son parti Taxawu Senegal.

L’ancien maire de la ville de Dakar invite cependant le Conseil constitutionnel à continuer « à faire son travail ». « Il doit connaître des recours déposés par les députés de l’opposition. Et qu’il ne nous parle pas d’incompétence, nous ne l’accepterons pas. Ce qu’il pouvait en 2016 [en indiquant n’avait pas la prérogative de diminuer son mandat NDLR] il le peut encore en 2024 » estime-t-il.

Le candidat à la Présidentielle est revenu sur la possible loi d’amnistie qui pourrait être votée dans les prochains jours concernant les évènements de mars 2021 et juin 2023 et dont devrait bénéficier Ousmane Sonko, en prison depuis le mois de juillet.

« Ce dont parle depuis ce matin (lundi) [l’amnistie NDLR] relève de la spéculation. Puisque jusqu’à présent, ce n’est pas clair. Dans ce pays, malheureusement, il ne faut jamais avoir raison très tôt. Maintenant ce n’est pas seulement une question de loi d’amnistie. Il y a aussi les dessous. Nous, ça nous avait coûté un bashing pendant 3 mois, de juin à septembre. Tout le monde s’en souvient » , a rappelé Khalifa Sall.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire