A la une Politique

Cheikh Tidiane Gadio plaide pour la tenue d’une concertation nationale en lieu et place d’un dialogue

Le Front Démocratique Pour une Élection Inclusive (FDPEI), entité de l’opposition regroupant 14 candidats à la présidentielle répond favorablement à l’appel au dialogue national lancé par Macky Sall. Toutefois, Cheikh Tidiane Gadio, l’un des membres dudit front, a proposé mercredi, lors d’une conférence de presse, une concertation nationale à la place d’un dialogue, notamment dans le but de réviser la loi électorale.

« Au président de la République nous lançons un appel à organiser dans les meilleurs délais, non pas un dialogue national, mais une concertation nationale sur la réforme de la loi électorale et des institutions chargées de sa mise en œuvre, et la relance du processus de l’élection présidentielle », a dit Cheikh Tidiane Gadio, leader du Mouvement panafricain et citoyen Luy Jot Jotna.

Selon l’ancien ministre des affaires étrangères, la loi électorale du Sénégal a « atteint ses limites » et il faudra la réviser. Car « outre les 20 candidats ayant fait valider leurs parrains, 40 autres estiment qu’ils devraient réussir ce contrôle eux aussi » a-t-il soutenu.

Autre question qui devra être abordée dans ce dialogue, celle liée au parrainage. C’était « une erreur grave de confier le contrôle des parrainages au Conseil constitutionnel » juge Gadio, qui estime que d’autres instances comme la CENA (commission électorale nationale autonome) sont plus habilitées.

« Le Conseil constitutionnel n’a pas à compter les parrainages, les doublons internes ou externes. Il a mieux à faire, c’est de dire le droit et de veiller sur notre charte fondamentale. Et donc nous pensons que c’est une grave erreur de confier au Conseil constitutionnel la question des parrainages. Une structure plus technique comme la CENA ou autre pouvait avec l’appui de techniciens se mettre autour d’une table et travailler », selon Cheikh Tidiane Gadio.

error: Content is protected !!