Société

Plus de 614 millions de femmes et de filles vivent dans des zones de conflit (ONU Femmes)

ONU Femmes a profité de la Journée internationale de la femme, célébrée le vendredi 8 mars 2024 pour faire l’état des lieux de la situation des femmes qui se trouvent en zones de conflit. Il appelle le monde à « Investir en faveur des femmes » car c’est le meilleur moyen d’accélérer la croissance économique et construire des sociétés plus prospères et plus équitables.   

Cet appel intervient alors que les guerres et les crises compromettent les résultats de décennies d’investissements dans l’égalité des sexes. Du Moyen-Orient à l’Haïti, en passant par le Soudan, le Myanmar, l’Ukraine, l’Afghanistan et bien d’autres pays, ce sont les femmes qui paient le coût le plus élevé des conflits dont elles ne sont pas responsables, déplore l’institution onusienne.

« Une (1) femme sur 10 dans le monde vit dans l’extrême pauvreté ; le nombre de femmes et de filles vivant dans des zones de conflit a doublé depuis 2017. Aujourd’hui, plus de 614 millions de femmes et de filles vivent dans des zones de conflit ; dans les zones de conflit, les femmes sont 7,7 fois plus susceptibles de vivre dans l’extrême pauvreté ; en raison du changement climatique, 236 millions de femmes et de filles supplémentaires souffriront de faim d’ici 2030, soit deux fois plus que les hommes (131 millions) ; en âge de travailler, seulement 61 % des femmes font partie de la population active, contre 90 % des hommes », lit-on le communiqué d’ONU Femme.

« Nous ne pouvons pas continuer à laisser de côté les bénéfices de l’égalité entre les hommes et les femmes. Plus de 100 millions de femmes et de filles pourraient sortir de la pauvreté si les gouvernements priorisaient l’éducation et la planification familiale, des salaires justes et égaux, et l’extension des allocations sociales », a ajouté le texte.

error: Content is protected !!