Flash International

La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

La présidence palestinienne a accusé Israël, lundi 27 mai, d’avoir délibérément visé dimanche un centre pour personnes déplacées près de Rafah, ville du sud de la bande de Gaza, faisant, selon les autorités du Hamas qui gouvernent le territoire, au moins 35 morts et des dizaines de blessés.

Dans un communiqué la présidence palestinienne déclare que « Cet atroce massacre perpétré par les forces d’occupation israéliennes est un défi à toutes les résolutions internationales ». Dans le document, les autorités palestiniennes accusent Israël d’avoir « délibérément visé » le camp de personnes déplacées de Barkasat, géré par l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, au nord-ouest de Rafah.


L’armée israélienne a affirmé, pour sa part, qu’un de ses avions avait « frappé un complexe du Hamas à Rafah dans lequel opéraient d’importants terroristes », dont deux responsables du mouvement en Cisjordanie, Yacine Rabia et Khaled Nagar.

Elle précise que « la frappe a été menée contre des cibles légitimes au regard du droit international, grâce à l’utilisation de munitions précises et sur la base de renseignements précis indiquant l’utilisation de la zone par le Hamas »

Israël multiplie, depuis le 7 mai, les opérations pour détruire les derniers bataillons du Hamas à Rafah. Les combats se sont poursuivis durant le week-end, malgré une décision vendredi de la Cour internationale de justice (CIJ) ordonnant à l’Etat hébreu de suspendre ses opérations dans ce secteur essentiel à l’entrée de l’aide humanitaire.

Commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

error: Content is protected !!