ALERTE COVID-19 : Pas de festivités du Nouvel An à Rio de Janeiro cette année (Maire)
Le coin santé

L'hyperactivité chez l’enfant, le pourquoi des troubles des petits

29/08/2017
L


Un enfant hyperactif est un enfant dont l'activité motrice est augmentée et désordonnée, accompagnée d'impulsivité, de réactions agressives et de troubles de l'attention qui perturbent son efficience scolaire. Pour qu'on puisse parler d'hyperactivité, il faudrait que ces troubles soient en décalage net par rapport à l'âge et au niveau de son développement. Le docteur François Bange, pédopsychiatre, praticien attaché à l’hôpital Robert Debré de Paris, le plus grand hôpital pédiatrique français, défi nit ainsi l'hyperactivité :«c’est une pathologie chronique (un enfant peut être hyperactif si ces troubles durent pendant au moins 6 mois) qui commence tôt, vers l’âge de 6 - 7 ans. C’est d’ailleurs en général à l’entrée de l’école primaire que le problème devient visible.» Pour désigner l'hyperactivité, plusieurs expressions sont employées. C’est ainsi qu’on parle de syndrome hyperkinétique, de dysfonction cérébrale minime, de troubles défi citaires de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Pour le docteur Lamine Fall, Pédopsychiatre au centre hospitalier national universitaire de Fann, l’hyperactivité ne saurait être considérée toujours comme une maladie isolée. Selon ce diplômé de l’Université Catholique de Louvain, ce syndrome peut faire partie de divers autres cadres pathologiques comme la déficience intellectuelle, la dépression de l'enfant, les psychoses infantiles, les troubles post-traumatiques et divers troubles névrotiques.

L'hyperactivité peut aussi être héréditaire

D’après le docteur Lamine Fall, les causes de l'hyperactivité sont inconnues mais il y a de nombreux facteurs étiologiques. Le facteur déterminant semble être l'hérédité. Chez un enfant hyperactif, il est, en effet, courant de retrouver un parent ayant présenté les mêmes symptômes. On pressent, aussi, un certain nombre de causes fondées sur des antécédents de complications pré ou périnatales, ou de lésions, d'infections ou d'intoxications au cours de la première enfance.

Pour beaucoup de spécialistes, les anciens prématurés, surtout de poids de naissance inférieur à 1500 g (toxémie, malnutrition

in utero, alcoolisme ou syndrome foeto-alcoolique, anoxie néonatale, ictère nucléaire...) seraient, également, très souvent hyperkinétiques.

 D’autres causes sont aussi évoquées. On peut citer: le tabagisme de la mère, des conditions socio-économiques défavorables, des anomalies audiovisuelles, la phénylcétonurie, l'autisme, l'intoxication par le plomb (saturnisme), l'épilepsie temporale ont été incriminés. Les traitements par clonazépam, barbituriques, antidépresseurs tricycliques, chlordiazépoxide pourraient aussi jouer un rôle favorisant chez certains enfants présentant un trouble neurochimique héréditaire. Les troubles de la glycémie ont été incriminés sans preuve. Le manque de

vitamine B également. Une insuffisance du métabolisme des catécholamines a été évoquée. Un retard dans la maturation cérébrale dû à un ou plusieurs facteurs nocifs est également soupçonné.

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :