ALERTE COVID-19 : Pas de festivités du Nouvel An à Rio de Janeiro cette année (Maire)
Le coin santé

34 000 décès à cause de la surconsommation

31/08/2017
 34 000 décès à cause de la surconsommation


Faut-il bannir la charcuterie de nos plateaux repas ? À quelques jours de la célébration de la Tabaski, les Sénégalais attendent impatiemment dé déguster leur viande mouton. Donc poser cette question peut sembler provocatrice. Mais c’était sans compter sur les nombreuses études parues récemment et qui alertent toutes sur les dangers de la consommation de viande rouge. Une étude menée par la prestigieuse université américaine de Harvard révèle ainsi que ce mets contribue à diminuer considérablement l’espérance de vie. Les graisses saturées, le sel et les calories excessives que concentre la viande lors de son conditionnement sont nuisibles pour l’organisme, si on en abuse, car ils peuvent augmenter de 13% la probabilité de décès. Cette étude fait suite à une autre publiée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui estime que la viande rouge est « probablement cancérogène chez l’homme ». Les experts ont conclu que chaque portion de 50 grammes de charcuterie consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18 %. «Le risque de cancer associé à la consommation de viande rouge est plus difficile à estimer parce que les indications montrant que la viande rouge provoque le cancer ne sont pas aussi fortes. Toutefois, […] les données des mêmes études laissent penser que le risque de cancer colorectal pourrait augmenter de 18 % pour chaque portion de 100 grammes de viande rouge consommée par jour », écrit le CIRC dans un communiqué. « Ces résultats confirment les recommandations de santé publique actuelles appelant à limiter la consommation de viande, explique Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC. Dans le même temps, la viande a une valeur nutritive. Par conséquent, ces résultats sont importants pour permettre aux gouvernements comme aux organismes de réglementation internationaux de mener des évaluations du risque, et de trouver un équilibre entre les risques et les avantages de la consommation de viande rouge, ainsi que de formuler les meilleures recommandations alimentaires possibles ». Même si le chercheur se montre mesuré dans les conclusions, les études se multiplient par ailleurs pour démontrer la nocivité de la viande rouge, qui on le rappelle, est responsable de 34 000 décès par cancer dans le monde. Après le vieillissement prématuré et les cancers, la viande rouge est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires et de diabète et ce, dès 100 grammes par jour. Toujours au rayon des mauvaises nouvelles, il est à noter celles provenant du British Journal of Nutrition, publiées le 8 août dernier, qui renseignent que la charcuterie favoriserait l’apparition des symptômes de la dépression

Néanmoins pour l’ensemble des chercheurs, pas question d’arrêter de manger définitivement de la viande rouge ou transformée. Car au-delà des méfaits, la viande a aussi de nombreuses vertus. Il suffit juste de l’intégrer dans un menu équilibré et de ne pas en abuser.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :