Découvrez 'Culturel', notre nouvelle émission culture
politique
Tournée de Sonko à Saint-Louis : Pastef dénonce une tentative de sabotage
14/01/2020
Tournée de Sonko à Saint-Louis : Pastef dénonce une tentative de sabotage


Les militants de Pastef n’ont pas encore digéré ce qu’ils considèrent comme une « tentative de sabotage de la tournée du Président Ousmane Sonko dans le département de Saint-Louis. « L'échec de la pitoyable tentative de monopolisation des médias du 31 décembre passé par le pouvoir a apparemment du mal à être digéré. L'accueil chaleureux et l'écoute qui a été réservé au Président Ousmane SONKO à toutes les étapes de Mpal, Rao, Sanar, Ngallele, Gandiole et Saint Louis sont venus y rajouter une couche », lit-on dans un communiqué rendu public par le Comite de Pilotage de Pastef les Patriotes.

En effet, « le samedi 11 janvier, Pastef n’a pu tenir sa conférence publique, car la même place, pour laquelle une autorisation de manifester avait été dûment obtenue, a été occupée dès 16h00 pour une manifestation. Les deux ne pouvant se tenir concomitamment, les responsables ont eu la sagesse de décider de reporter cette conférence au dimanche après-midi », explique le communiqué.

Avant d’ajouter : « l'effet de diversion a plutôt, réussi parce que le Président Ousmane SONKO a pu animer tranquillement la conférence dans une salle archicomble et communiquer sur des problématiques porteuses d’enjeux pour la population locale, à savoir la brèche et ses dégâts, l'érosion côtière, la pêche, l'exploitation gazière, entre autres ». Toutefois, « au moment où il s’apprêtait à répondre aux questions du public, qui a suivi sa présentation avec beaucoup de passion et souhaitait débattre plus profondément de ces questions d’importance pour leur communauté, débarque un lieutenant de l'armée, déclarant agir sous les ordres du colonel, et qui somme l’assistance d’arrêter immédiatement, sinon, faute de quoi, il couperait l'électricité », précise le même texte.

Toujours dans une logique d’éviter toute confrontation, explique le communiqué, « le Président Ousmane Sonko demande aux organisateurs d’obtempérer et de mettre fin à la conférence pour quitter la salle.

Une fois dehors, la presse sollicite le Président Ousmane Sonko pour une interview de quelques minutes. Ce qu’il accepta avec plaisir et commença à répondre à leurs questions, debout sur le trottoir de la berge du fleuve. Mais (…) à peine la version française de l'interview terminée, alors que le Président Sonko s’apprêtait à reprendre ses propos en wolof, c'est madame le commissaire en personne qui débarque cette fois, à la tête de la police, pour exiger l'arrêt immédiat des questions ». Comme pour montrer toute sa détermination Ousmane Sonko lui opposa cette fois, toujours selon le communiqué, « un refus catégorique de céder à cette pression inexorable et poursuivit ses explications pour le public wolof ».

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :