logo intelligences
logo intelligences
ALERTE COVID-19 : Covid-19 : « La piste du Pr Raoult est à confirmer » (médecin)
Santé
« Le cancer tue plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis... » (Expert)
04/02/2020
« Le cancer tue plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis... » (Expert)


La Journée mondiale de lutte contre le cancer est célébrée ce mardi 4 février 2020 par la communauté internationale, sous l’égide de l’Organisation mondiale pour la Santé (Oms).  Le Sénégal n’est pas en reste car le cancer est passé aujourd'hui comme la deuxième cause de mortalité après les maladies cardio-vasculaires. "Dans le monde, le cancer est devenu un véritable problème de santé publique et passe devant le sida, la tuberculose et le paludisme réunis en termes de mortalité", explique le Docteur Monique James Thiaw Laye. Pire, comme l’a souligné le Professeur Mamadou Diop, chef de l’Institut Juliot-Curie de l’Hôpital Aristides Le Dantec, spécialisé dans la prise en charge du cancer, « son incidence est en augmentation ».

Ainsi, tout un programme va être déroulé sur l’étendu du territoire national, selon les autorités du ministère de la Santé et de l’Action sociale. Si à Dakar il est prévu une Conférence de presse pour parler du cancer et du téléthon qui est prévu par la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca), le 7 février dans le cadre d’un fundraising pour la prise en charge des malades du cancer, dans les 14 districts sanitaires que compte le Sénégal, des activités comme le dépistage vont être organisées si l’on en croit le chef de la division des maladies non-transmissibles du ministère de la Santé .

La cause de cette forte mortalité est à chercher, selon la presque totalité des spécialistes interrogés, dans le dépistage tardif de la maladie. « Les gens considèrent le cancer comme une maladie qui est fatalement mortelle. Ça aussi c’est un problème d’information. Quelque part, c’est la réalité, puisque si beaucoup de cas de cancers arrivent tardivement à l'hôpital, il y a forcément une mortalité très élevée », confirme le Pr Diop.

S’y ajoutent d’autres causes liées à nos comportements et surtout à l’usage du tabac. « Une seule bouffée peut tuer. Mais ça, il faut le dire aux populations. 35% des impuissances sexuelles que l’on voit dans ce pays sont liées au tabagisme », note le Professeur Abdoul Aziz Kassé, Directeur du Centre international de cancérologie de Dakar (Cicd).

Toutefois, des avancées sont constatées surtout au niveau de la gent féminine, pour ce qui concerne les cancers du sein et du col de l’utérus. Sans oublier le fait que plusieurs cancers peuvent être aujourd’hui prévenus. « Le Sénégal vaccine les enfants à la naissance contre l’hépatite B qui est le facteur de risque central du cancer du foie. Les jeunes prennent le vaccin contre le cancer du col qui est accessible à tout le monde », souligne le Pr Kébé.

Mieux, des efforts sont en train d’être faits au niveau du plateau technique avec l’acquisition de quatre appareils de radiothérapie de nouvelle génération. Seulement, la prise en charge de ces outils pose problème à cause de l’absence d’un personnel bien outillé et en nombre suffisant.

Au niveau de la chimiothérapie, des avancées notoires ont été enregistrées avec sa gratuité pour les femmes et les enfants décidée par l’Etat. Mais il ya un hic : la qualité des drogues utilisée qui pointée du doigt par certains spécialistes.

Arrive maintenant la lancinante question du coût très onéreux des soins contre le cancer. Malgré tous les efforts consentis par l’Etat pour rendre accessible la chimiothérapie et les actions développées par la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca) pour faire baisser le coût de la mammographie pendant le mois d’octobre avec la campagne « Octobre Rose », les coûts restent encore hors de portée pour la grande majorité des sénégalais. Ce qui fait la Lisca, après un premier téléthon organisé en 2018 qui lui avait permis de rassembler près de 200 millions de FCFA, utilisés pour la prise en charge des malades, comme le souligne ses responsables, la Lisca s’est fixée un nouveau défi. Le 7 février, un deuxième téléthon va être organisé avec l’objectif d’atteindre le milliard de FCFA. « Un appel est donc lancé à tous les Sénégalais et hôtes étrangers qui vivent parmi nous, sans oublier les entreprises pour relever ce défi », lance la Lisca.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :