logo intelligences
logo intelligences
ALERTE COVID-19 : Plus de 397.000 morts dans le monde

ARTICLE SUIVANT

Le coin santé
Déterminé, le Pr Raoult va encore plus loin et publie une 2ème étude
29/03/2020
Déterminé, le Pr Raoult va encore plus loin et publie une 2ème étude


De nouvelles preuves que la chloroquine permet de soigner les patients atteints par le Covid-19. C’est l’affirmation faite par l’infectiologue français qui a mené un nouveau test sur 80 personnes et publie des résultats très concluants.

Une seconde étude, publiée en ligne vendredi 27 mars par l'équipe du professeur en microbiologie, appuierait sa thèse selon laquelle la chloroquine (couplée à un antibiotique, l'azithromycine) est efficace dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Malgré le scepticisme de certain de ces confrères, le professeur Didier Raoult persiste dans ses recherches en lançant, une seconde étude avec des observations qui ont été faites in vitro et in vivo, sur 80 patients qui ont reçu une association de chloroquine et et d'azithromycine, un antibiotique pulmonaire. "Nous faisons la démonstration que la combinaison des deux traitements a un effet synergique qui inhibe totalement la réplication du virus", indique le Pr Raoult. Selon lui, utilisés séparément, "l'hydroxychloroquine et l'antibiotique ont un effet faible ou nul sur la production virale".

Il faut noter que cette formule fait partie des cinq traitements testés actuellement dans le cadre de l'essai clinique européen Discovery qui a été lancé dans plusieurs pays sur 3 200 patients – dont 800 cas graves en France.

 "La majorité des patients (81,3 %) avaient des résultats favorables et sont sortis de notre unité avec de faibles scores infectieux. Seulement 15 % ont nécessité une oxygénothérapie", détaille l'étude. Parmi les 80 patients ciblés par l’étude du Pr Raoult, 65 sont sortis sans aggravation de leurs symptômes. Douze ont dû être mis sous oxygène, mais ont également pu être guéris. Trois autres sont passés en unité de soins intensifs - deux sont désormais guéris, et un homme de 74 ans y est toujours. Un patient de 86 ans est décédé à son arrivée à l'IHU Méditerranée Infection. 

Principal défaut de cette étude, selon ses contempteurs,  le fait qu’aucun groupe de contrôle (ou groupe témoin) n'a été mis en place dans le cadre de l'essai clinique. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a relevé la taille trop petite de l’échantillon de patients, mais aussi par l’absence de groupe de contrôle, et le non respect des protocoles scientifiques, entre autres. Des médecins et chercheurs comme le Pr François Balloux, de l'University College de Londres abondent dans le même sens. En réponse à un tweet enthousiaste qui qualifiait "d'énormes" les conclusions de l'étude, il affirme dans un tweet : "Non, ce n'est pas énorme, j'en ai peur".

Tout pour dire que des lignes sont en train de bouger dans le débat scientifique sur le traitement du Covid-19.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :