logo intelligences
logo intelligences
ALERTE COVID-19 : 81 cas positifs dont 2 importés
Le coin santé
Faux négatif, faux positif: tout comprendre sur les tests
20/05/2020
Faux négatif, faux positif: tout comprendre sur les tests


Peut-on faire confiance aux tests de dépistage du Covid-19 ? Sont-ils fiables à 100% ? Dans les médias, plusieurs cas de faux positifs ou faux négatifs ont été rapportés à la suite des tests réalisés en laboratoire. Que signifient ces termes ? Sont-ils spécifiques à la maladie à coronavirus ?

Jusque-là, la technique la plus courante utilisée pour mener les tests du Covid-19 en laboratoire est celle du PCR, pour Polymerase chain reaction, ou réaction de polymérisation en chaîne. Il s’agit d'une méthode de biologie moléculaire d’amplification génique in vitro. Selon le docteur Judith Fafard, médecin-conseil et microbiologiste-infectiologue au laboratoire de santé publique du Québec, dans le cas du coronavirus, comme dans tous les tests du reste, il peut y avoir des faux négatifs, c’est-à dire, des tests qui présentent des résultats négatifs alors qu’ils sont en réalité positifs. Dans ce cas, explique-t-elle, « cela signifie que le spécimen a été mal prélevé ou la quantité de virus est trop faible pour être détectée »

En ce qui concerne les prélèvements, le docteur William Schaffner, spécialistes des maladies infectieuses au Vanderbilt University Medical Center dans le Tennessee, précise qu’ils se font le plus souvent à l’arrière du nez et de la bouche, or, dit-il, le virus à tendance à s’implanter sur les muqueuses situées à l’arrière de la gorge derrière le nez. « Il faut donc mettre l’écouvillon, non pas devant le nez, mais plutôt loin derrière », pour effectuer correctement le prélèvement.  

Dans le cas des faux positifs, le patient est déclaré positif alors qu’il n’a pas contracté le virus.

« La principale préoccupation en ce qui concerne les faux négatifs, est que quelqu’un qui présente ce cas de figure, pense qu’il n’est pas infecté et pourrait à son insu propager le virus autour lui,» s’inquiète pour sa part, le docteur Gary Leroy, président de l’Americain Academy of Family Physicians, cité par Healthline.  

Une étude publiée en Chine, suggère d’ailleurs que dans le cas des tests du Covid-19, « les faux négatifs » peuvent subvenir à 30% du temps. Un pourcentage non négligeable quand on estime le nombre de personnes que ces faux négatifs peuvent contaminer. « Le problème avec les tests du Covid-19 est qu’ils n’ont pas suffisamment été étudiés rigoureusement avant leur application », explique le docteur Leroy.

 Il précise que la plupart des tests réalisés en chaine avec la technique PCR, ont des années d’essais en laboratoire, ce qui n’est pas encore le cas pour le nouveau coronavirus.   

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :