logo intelligences
logo intelligences
ALERTE COVID-19 : 1 nouveau décès, 69 cas positifs dont 3 importés ce mardi au Sénégal
société
Korité : Pourquoi les restrictions sur les déplacements interrégionaux n’ont pas été levées
20/05/2020
Korité : Pourquoi les restrictions sur les déplacements interrégionaux n’ont pas été levées


« La délivrance des autorisations spéciales de circuler est suspendue à compter du mercredi 20 mai 2020 à 21 heures jusqu’à nouvel ordre, à l’exception de celle relative au transport de corps sans vie et celle pour raison de santé ». L’annonce a été faite par le ministère de l’Intérieur, mardi, à travers un communiqué. L’option est donc claire : ce sont les dispositions de l’état d’urgence qui se voient ainsi renforcées. Le ministre de l’Intérieur informe que « les contrevenants à ces nouvelles mesures verront leurs moyens de transport mis en fourrière, sans préjudice des amendes et sanctions pénales prévues par les lois et règlements en vigueur ». Il rappelle que l’arrêté numéro 9789 du 12 mai 2020, pris en application du décret numéro 2020-830 du 23 mars proclamant l’état d’urgence, interdit la circulation des personnes et des biens d’un département à un autre pendant toutes les heures, à l’exception de ceux de la région de Dakar.

Résultat des courses : Pour ceux qui veulent passer la fête en famille dans les régions, c’est la désillusion. Il s’agit d’une décision qui, sans aucun doute va faire couler beaucoup d’encre car, nombreux ont été ceux qui se sont, à travers les ondes, faits entendre pour solliciter la levée, même temporaire, de la mesure d’interdiction de circuler entre deux départements pour sortir Dakar. Surtout après le discours du chef de l’Etat prononcé le 11 mai dernier, appelant à un assouplissement des mesures de restrictions. Car, selon lui, il faut que les Sénégalais apprennent à vivre avec ce virus qui risque de circuler encore pendant quelques mois dans le pays.

Une onde de choc car cette Korité revêt un caractère particulier. Pour cause, non seulement Dakar se vidait presque de ses habitants durant ces fêtes comme la Korité et la Tabaski, mais cette année la crise sanitaire liée au Covid-19 a fait que des chefs de famille en activité à Dakar et dans d’autres régions n’ont pas pu rendre visite à leurs familles depuis près de trois mois.

Mais, tout porte à croire que la raison en vaut la chandelle. Vu la persistance des cas de transmission communautaire de la maladie dans de nombreux départements à travers le pays et surtout dans Dakar et Thiès, une ouverture des routes ne favoriserait ni plus ni moins qu’une propagation plus accrue de l’épidémie surtout dans des localités qui sont, jusque-là, restées en dehors des zones infestées.

D’ailleurs, pour étayer son argumentaire, le ministère de l’Intérieur a, à travers son communiqué, souligné qu’ « à la suite de l’exploitation des données issues de la gestion de la pandémie due au coronavirus », il a été relevé qu’à « la date du 19 mai que plus de 80% » des cas de contamination « sont dans le périmètre constitué par la région de Dakar et les départements de Mbour et Thiès ».

Toutes choses qui laissent croire que le flux qui avait l’habitude de sortir de Dakar et Thiès pour aller passer la fête en régions pouvait exporter la maladie vers des villes jusque-là indemnes. Le cas échéant, des populations qui avaient l’habitude de quitter l’intérieur du pays peuvent participer à accroitre la prévalence de la maladie à Dakar et Thiès, surtout si elles viennent de villes considérées jusque-là des foyers comme Touba. L’option de l’Etat est donc de bloqué le virus là où il se retrouve, couper la chaine de transmission et travailler à son éradication.

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :