ALERTE : L’Otan lance la ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande
Focus StartUp

"J’ai pris la ferme décision de ne travailler que pour des projets à fort impact social"

12/06/2020
"J’ai pris la ferme décision de ne travailler que pour des projets à fort impact social"


Après une licence en science politique obtenue à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Ousseynou Guèye observe une année de césure pour s’initier à la vie professionnelle. Sa passion pour l’entrepreneuriat social est née à la suite d’une première expérience au sein d’un réseau international d’entrepreneurs sociaux. Cet ancien enfant de troupe qui a décidé de dédier sa vie aux enjeux de société à fort impact positif, a déjà contribué à porter la voix des jeunes lors de différents rendez-vous internationaux en Russie, à Paris, au Cap-Vert, en Arabie Saoudite, etc.

 Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?

Je m’appelle Ousseynou Gueye, je suis né et j’ai grandi à Rufisque, ville que j’ai dû quitter à 11 ans pour rejoindre le Prytanée Militaire de Saint-Louis, pour un séjour de sept ans. J’ai eu la chance de recevoir une éducation et une formation de qualité dans cette prestigieuse école d’où je suis sorti en 2012, baccalauréat et prix au Concours Général en poche !

Après une licence en science politique obtenue à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, j’observe une année de césure pour m’initier à la vie professionnelle. Je travaille alors pendant une année au sein du réseau international d’entrepreneurs sociaux nommé Ashoka où notamment je contribue à détecter et accompagner de jeunes innovateurs sociaux africains. Cette première expérience professionnelle m’a fait aimer le monde magnifique de l’entrepreneuriat social. C’est à cette période que j’ai pris la ferme décision de ne travailler que pour des projets à fort impact social dans ma vie.

En 2015, j’atterris à Paris où je décroche un master en science politique. J’ai eu ensuite l’opportunité de travailler comme Chef de projet au sein du programme Google Ateliers Numériques, une initiative de Google France ayant pour objectif d’accompagner les jeunes à saisir les opportunités que leur offre le digital.

Depuis janvier 2020, j’occupe le poste de Responsable Communication chez Afric’innov, une structure dont la mission est de professionnaliser les structures d’appui à l’entrepreneuriat innovant dans le continent.

Enfin, depuis 2016, je suis impliqué comme ambassadeur dans le plaidoyer mené par l’Unesco sur les sujets relatifs à l’éducation, à l’engagement citoyen des jeunes, à la culture de la paix. J’ai ainsi contribué à porter la voix des jeunes lors de différents rendez-vous internationaux en Russie, à Paris, au Cap-vert, en Arabie Saoudite, etc.

Vous êtes fondateur de Polaris Asso, de quoi s’agit-il ?

Depuis 2018, j’ai fondé Polaris Association, une association ayant pour mission d’accompagner les jeunes vers un usage avisé des outils numériques par le billet d’actions d’acculturation. 

Nos actions sont destinées tout d’abord aux jeunes à qui nous offrons des séances d’acculturation autour des usages du numérique. Il s’agit pour nous de leur permettre de connaître et saisir les opportunités du numérique, tout en se prémunissant de ses dangers. Nous abordons ainsi des thématiques telles que les fakes news, les emplois dans le numérique, les protections des données personnelles, l’e-réputation, la conception de contenus numériques, etc.

Nous avons également un programme à destination des adultes, précisément des parents et des enseignants. Car nous sommes convaincus qu’améliorer l’usage que les jeunes font des outils numériques passent également par une acculturation de leur entourage direct, donc des parents et enseignants.

Enfin, nous déployons une série de vidéos éducatives sur les réseaux sociaux pour rendre plus accessibles nos contenus et toucher beaucoup plus de jeunes. Ces vidéos sont très suivies et partagées par la cible et nous avons des retours positifs à ce sujet.

Pourquoi ce choix porté sur le numérique dans la formation des jeunes ?

En 2017, une enquête a demandé à des jeunes âgés de moins de 25 ans la durée séparant leur réveil de la première utilisation du smartphone et inversement, la dernière utilisation du smartphone et leur sommeil. Et imaginez-vous, nous étions dans tous les 2 cas à moins de 5 minutes. Cela, pour vous dire qu’aujourd’hui, on ne se connecte plus, nous vivons connectés ! Et nous sommes convaincu chez Polaris Asso que comprendre les usages du numérique, notamment saisir ses opportunités et se prémunir de ses dangers sera la clé de la réussite professionnelle et sociale des jeunes et des générations futures.

Notre combat nous paraît d’autant plus crucial que derrière les enjeux du numérique, se cachent des inégalités. En effet, si on ne fait pas attention, les outils numériques creuseront davantage les inégalités sociales déjà existantes. On note déjà que les jeunes des milieux favorisés ont plus facilement accès à l’outil technologique. Mais, puisqu’ils bénéficient d’un entourage ayant bénéficié d’un certain niveau de formation, ils ont également plus de chances d’en faire un bon usage, donc de l’utiliser pour entreprendre, se former, améliorer leur réseau professionnel, etc. A l’inverse, les jeunes issus des couches populaires ont plus difficilement accès à internet, surtout dans le contexte africain. Et une fois qu’ils y ont accès, il y’a de fortes probabilités qu’ils n’en fassent pas un bon usage. 

Qui peut participer à vos programmes de formation ?

Jeunes comme adultes peuvent participer à nos programmes de formation. Pour les jeunes, nous travaillons avec des établissements scolaires, des organisations communautaires de base ou encore des collectivités territoriales pour mettre en place les ateliers qui leur sont destinés. 

Pour les programmes à destination des adultes, nous travaillons avec des entreprises ou associations qui nous en font la demande, dans le cadre d’ateliers, de séminaires ou de team building.

Sur internet, nos vidéos éducatives sont visibles de tous, gratuitement. Il suffit simplement de se rendre sur nos pages Facebook et LinkedIn (@polarisasso).

Et concrètement, que tirent vos cibles de vos actions ?

Pour les jeunes, nous aborderons différentes thématiques. En priorité notamment, celle liée à la E-protection, et là nous leur donnons les bons réflexes à aborder pour faire face par exemple aux contenus inappropriés, aux fake news, au piratage, au vol de données personnelles, etc. Ensuite, nous les “acculturons” sur des enjeux à fort impact du numérique tels que la e-réputation, la citoyenneté numérique ainsi que les compétences et métiers du 21ème siècle.

Pour les parents, nous les accompagnons à l’encadrement des usages numériques de leurs enfants grâce à des conseils pratiques et des outils partagés.

Quel bilan tirez-vous après une année d’activité ?

Les résultats obtenus vont au-delà de nos attentes ! Nous sommes impressionnés par les besoins et attentes que nous avons trouvés sur le terrain. Lors d’une journée passée à Saint-Louis, dans un collège à Tassinère, des enseignants m’ont interpelé pendant quasiment 2 heures de temps pour m’exposer toutes les difficultés qu’ils ont pour accompagner les jeunes de l’école à faire un bon usage des outils digitaux. L’intervention de Polaris Asso au sein de leur établissement était la bienvenue pour eux. 

Et ces actions d’acculturation, si on en croit les études d’impact réalisées sur le terrain suite à nos actions, nous montrent que nous parvenons à avoir un effet positif sur le comportement des jeunes accompagnés sur leur usage de l’outil numérique. Mieux, des déclics sont créés et des vocations naissent avec 88% des jeunes qui envisagent sérieusement de poursuivre des études dans une filière liée au numérique.

Quels sont les projets de Polaris Asso ?

Après une première année de phase pilote et d’expérimentation de nos contenus et solutions, le moment est venu pour nous de passer à l’échelle ! Il s’agit notamment de collaborer avec davantage de structures communautaires, associations et entreprises locales pour toucher encore plus de jeunes et de parents dans le travail d’acculturation que nous menons.

L’heure est également venue pour nous de développer davantage une forme d’acculturation en ligne que nous avons déjà débutée et qui est très appréciée des jeunes. Nous souhaitons impliquer davantage d’influenceurs et de personne ressources pour porter nos messages et ainsi, avoir un meilleur impact sur notre cible.

Permettez-moi juste, pour finir, de rendre hommage à la magnifique équipe qui m’accompagne dans cette aventure et sur qui repose le véritable travail de terrain.

 

Pour entrer en contact avec Ousseynou, vous pouvez lui écrire sur ousseynou@polaris-asso.org

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :