ALERTE : L’Otan lance la ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande
L'entretien culture

« Nous avons besoin des jeunes filles pour diriger, créer et influencer leur communauté et le monde à travers leurs puissantes idées »

03/08/2020
« Nous avons besoin des jeunes filles pour diriger, créer et influencer leur communauté et le monde à travers leurs puissantes idées »


Originaire du Ghana, Anita Erskine est une personnalité du monde des médias qui sait convertir passion en engagement. Elle est l’une des porte-paroles du Africa’s Business Hero  de l’Africa Netpreneur Prize Initiative (ANPI), le programme philanthropique phare du fondateur d’Alibaba, le Chinois Jack Ma. Dans cet entretien, elle revient sur son parcours, parle de son engagement pour l’éducation des filles et d’entreprenariat.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et évoquer votre parcours ?

 Je suis née en 1978 de parents ghanéens.  Je suis fière d’être Ghanéene.  Mais je me considère comme une citoyenne audacieuse du monde. Au fil des années, j’ai donné un sens à ce qu’il faut faire pour avoir une carrière dans les médias. Tout a commencé quand j’ai pris la décision de transformer ma passion pour l’oratoire et faire participer l’auditoire en quelque chose de rentable. La première fois que j’ai tenu un microphone j’avais neuf ans. Depuis, la caméra, le microphone et  la scène  ont donné un sens  à ma vie. J’ai beaucoup voyagé sur tout le continent et dans le monde entier en racontant des histoires.  Aujourd’hui nous sommes appelés à participer au développement d’un monde durable, par conséquent j’ai décidé de mettre plus l’accent sur l’égalité entre les hommes et les femmes, l’autonomisation des jeunes et l’entreprenariat comme des instruments de développement du continent africain.

 En tant que spécialiste de la communication et une personnalité du petit écran au Ghana, quelle appréciation faite-vous de la représentativité des femmes dans le monde des médias dans votre pays ?

 C’est une question pertinente.  Et j’aime aborder le thème de la représentativité des femmes plus sur la perspective  de son impact que sur son nombre. Je suis fière de la croissance des médias ghanéens et leur influence sur notre vie quotidienne. Je suis même fière du nombre de femmes présente dans les médias.  Au cours de la réalisation de films, on met l’accent sur l’importance du contenu déformé sur les femmes.  Un autre progrès significatif que nous avons remarqué est leur forte participation dans la prise de décisions dans le réseau de médias. Ce qui influence la manière dont elles gravissent les échelons dans les organisations voire plus,  comment les problèmes qui concernent les femmes doivent être résolus sans discrimination 

 Vous œuvrez beaucoup pour l’éducation des filles, un combat noble porté également par plusieurs figures mondiales. Concrètement quelle pierre vous apportez à votre niveau, à l’édifice de cette lutte ?

 J’ai mis en place le Fonds pour l’élévation des femmes (WEF). C’est comme un appel à agir. Ce n’était pas suffisant comme réalisation. J’ai eu cette impression de travailler dur pour illustrer l’urgence de l’éducation des filles. Il y a quatre ans, j’ai prêté serment d’investir 5%  des bénéfices que je réalise dans l’éducation d’au moins une fille dans les communautés marginalisées. Aujourd’hui, le Fonds d’élévation des femmes célèbre cinq jeunes dames qui sont diplômées avec une mention « assez bien » et qui sont sur le point de réaliser leur rêve, celui d’être réalisatrice de films et journaliste. J’avoue que ce n’est jamais suffisant de parler d’un problème . Vous devez avoir le courage de le résoudre et je pense que c’est ce que j’ai fait par mon engagement pour l’éducation des filles.

 En tant que l’un des porte-paroles du concours Africa’s Business Heroes (ABH) quel a été effectivement votre rôle ?

 En tant que présentatrice et porte-parole, ma première responsabilité est de vivre la réalité de ABH ce qui signifie suivre ces merveilleux entrepreneurs pendant qu’ils se donnent à leur ambition et à leur mission. Je suis la narratrice de la compétition : la gardienne descontes uniques et  de la résistance à la croissance et à l’espoir.  Bien qu’il y aura peu de participants qui remporteront le dernier prix en finale, je me réjouis du fait que toutes ces personnes sont devenues un excellent réseau d’hommes et de femmes qui vont changer l’image de l’entreprenariat en Afrique. Les avantages de ABH sont remarquables. Il est de mon devoir de faire venir ces merveilleux membres du jury et surtout nos finalistes vers ce point de convergence où les rêves et les souhaits  d’élargir  les affaires et de fournir les solutions nécessaires aux obstacles du continent seront remarqués.

 Sur la liste du Top 50, au moins la moitié est constituée de femmes entrepreneures. Etait-il primordial pour l’ANPI de respecter ce quota ?

 Evidemment. Nous sommes dans une ère où les femmes commencent à revendiquer leur prouesse et leur rôle dans la réalisation  du développement durable dans le monde.  ABH est fier de reconnaître ce fait et demeure engagé à la défense de la cause des femmes pour être au premier rang du progrès socio-économique. Ceci s'illustre dans la représentation des femmes sur le pourcentage de 50-50.

 Vous êtes vous-même entrepreneure. Qu’aimeriez-vous dire aux jeunes femmes qui souhaitent se lancer mais qui hésitent encore ?

Les jeunes femmes doivent savoir que nous avons besoin d’elles. Nous avons besoin d’elles pour diriger , pour créer et influencer leur communauté et le monde à travers leurs puissantes idées.  La seule chose que j’ai apprise sur l’entreprenariat dans cette ère de l’émergence de l’Afrique, est que  votre business doit résoudre un problème. Il ne doit pas être limité à un rêve réalisé mais il doit impacter la vie de quelqu’un.  J’ai appris comment mettre en avant mon business afin qu’il puisse résoudre un problème socio-économique.  C’est ce qui fait la clé de mon succès. Commencez petit-à-petit. Cela vous permettra de gérer tout facilement. Ne vous précipitez pas. A chaque étape, il y a  une leçon  à tirer.  En définitive, vous devez comprendre qu’un rêve peut seulement se réaliser lorsque vous l’avez essayé.  Par conséquent, vous devez  être dévoués à sa réalisation. Vous devez vous éduquer, prospecter ,travailler intelligemment, prier et soyez courageux pour faire le premier pas.

 Propos receuillis par Scheina ADAYA

 

copyright www.intelligences.info

A SUIVRE AUSSI

0 commentaires

    Nom :
     

    Commentaire :